• Bel Home ,plait il?

    Meilleure réponse : C'est poétique.
    Meilleure réponse : C'est poétique.
    5 réponses · Il y a 5 jours
  • Nuit de neige...?

    Nuit de neige Guy de Maupassant La grande plaine est blanche, immobile et sans voix. Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte. Mais on entend parfois, comme une morne plainte, Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois. Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes. L’hiver s’est... afficher plus
    Nuit de neige Guy de Maupassant La grande plaine est blanche, immobile et sans voix. Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte. Mais on entend parfois, comme une morne plainte, Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois. Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes. L’hiver s’est abattu sur toute floraison ; Des arbres dépouillés dressent à l’horizon Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes. La lune est large et pâle et semble se hâter. On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel austère. De son morne regard elle parcourt la terre, Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter. Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle darde, Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ; Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement, Aux étranges reflets de la clarté blafarde. Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux ! Un vent glacé frissonne et court par les allées ; Eux, n’ayant plus l’asile ombragé des berceaux, Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées. Dans les grands arbres nus que couvre le verglas Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ; De leur oeil inquiet ils regardent la neige, Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas. Guy de Maupassant, Des vers
    8 réponses · Il y a 7 jours
  • Un Poème pour toi Johnny,fait moi ce plaisir et dit moi que tu vas l'accepter.?

    Meilleure réponse : quelle belle et émouvante attention. Merci de partager avec nous ton si joli poème !
    Meilleure réponse : quelle belle et émouvante attention. Merci de partager avec nous ton si joli poème !
    6 réponses · Il y a 1 semaine
  • Aimez-vous la neige?

    Aimez-vous la neige?

    Meilleure réponse : Bonsoir Frantz Jade Or la neige et cette sensation de bien être même frigorifié - c'est bizarre mais pas tant que cela MERCI pour le très beau poème de Nelligan - tu as de la chance de l'avoir parmi les tiens Neige de Novembre À la veille de l’hiver, un vent glacial, affûté, Inflexible, soufflant,... afficher plus
    Meilleure réponse : Bonsoir Frantz

    Jade Or la neige et cette sensation de bien être même frigorifié - c'est bizarre mais pas tant que cela

    MERCI pour le très beau poème de Nelligan - tu as de la chance de l'avoir parmi les tiens

    Neige de Novembre

    À la veille de l’hiver, un vent glacial, affûté,
    Inflexible, soufflant, mugissant, déclencha
    Dans les airs, les premières hostilités
    En faisant tourbillonner cette poussière blanche

    Millier de cristaux sur les branchages,
    Offrant à nos yeux leur beauté presque irréelle,
    Ignorant les frissons des oiseaux de passage
    - " Pauvres plumes s’élançant vers le ciel…! "

    Sous le duvet immaculé, les pierres patientent,
    Et les dernières fleurs transies sur leur tiges,
    Intrépides dans ce froid… encore efflorescentes,
    Gardent pour notre plaisir grâce et prestige.

    Ni la morsure du gel, ni celle de la bise
    Étreignant les pins, ne fige leur sève débordante…
    Une douce senteur de résine fraîche et exquise
    Répand son parfum aux effluves odorantes.

    Malmenés par la bourrasque de neige,
    Ô pathétiques arbres grelottants sous les rafales
    N’usez pas vos forces qui se désagrègent
    - N’étant qu’aux débuts de la saison hivernale;

    Des nuées de flocons tombent d’un ciel de cendre
    Immobilisant tout dans ce décor blanc,
    En jonchant le sol, en ce mois de novembre.
    Une douce émotion me saisit cependant…

    Copyright© Novembre 2016 Riha de Jade

    Passe une excellente fin de soirée
    11 réponses · Il y a 6 jours
  • Je viens d'écrire ceci en mémoire de Johnny,allez vous comprendre et accepter.?

    Meilleure réponse : c'est jolie et il n'était pas dieu car ce genre de pantin crée par les hommes c'est comme le Pére Noél vaste fumisterie commerciale , Jhonny Hallyday pendant 6 décennies nous à bercé , on a grandi avec ces ballades , son honnéteté , humanisme un type qui ne critiquait personne , il a crée un... afficher plus
    Meilleure réponse : c'est jolie et il n'était pas dieu car ce genre de pantin crée par les hommes c'est comme le Pére Noél vaste fumisterie commerciale , Jhonny Hallyday pendant 6 décennies nous à bercé , on a grandi avec ces ballades , son honnéteté , humanisme un type qui ne critiquait personne , il a crée un Lieu avec la France ou il y restera éternellement salut JHONNY
    10 réponses · Il y a 7 jours
  • Je cherche un poème?

    bonjour je cherche un poème que je n arrive plus à retrouver, je sais que c est un poème connu. Je me souviens juste que dans ce poème il y a des noms d arbres.
    bonjour je cherche un poème que je n arrive plus à retrouver, je sais que c est un poème connu. Je me souviens juste que dans ce poème il y a des noms d arbres.
    7 réponses · Il y a 3 jours
  • Après toutes ces années, je retrouve l'inspiration pour écrire de la poésie, qu'en pensez-vous ?

    "Ô toi ma tourterelle Aux dessous de dentelle, Viens voir ma tour eiffel".
    "Ô toi ma tourterelle Aux dessous de dentelle, Viens voir ma tour eiffel".
    10 réponses · Il y a 5 jours
  • Maintenant qui rallumera l'étoile guillaume Apollinaire?

    Meilleure réponse : Bonsoir Armand MERCI pour tes liens - ainsi au pour ton très émouvant hommage oui Johnny Hallyday on l'aime ou on l'aime pas il n'a jamais laisser personne indifférent lui il allumait le feu dans les salles - mais je pense qu'il faisait parti de ceux qui parlaient aux... afficher plus
    Meilleure réponse : Bonsoir Armand

    MERCI pour tes liens - ainsi au pour ton très émouvant hommage

    oui Johnny Hallyday on l'aime ou on l'aime pas il n'a jamais laisser personne indifférent
    lui il allumait le feu dans les salles - mais je pense qu'il faisait parti de ceux qui parlaient aux étoiles...

    https://www.youtube.com/watch?v=ycuMlwC6...

    Il est grand temps de rallumer les étoiles

    Les étoiles mouraient dans ce beau ciel d’automne
    Comme la mémoire s'éteint dans le cerveau
    De ces pauvres vieillards qui tentent de se souvenir
    Nous étions là mourant de la mort des étoiles
    Et sur le front ténébreux aux livides lueurs
    Nous ne savions plus que dire avec désespoir
    ILS ONT MEME ASSASSINE LES CONSTELLATIONS
    Mais une grande voix venue d'un mégaphone
    Dont le pavillon sortait
    De je ne sais quel unanime poste de commandement
    La voix du capitaine inconnu qui nous sauve toujours cria
    IL EST GRAND TEMPS DE RALLUMER LES ETOILES

    Guillaume Apollinaire (1880-1918) "Les Mamelles de Tirèsias

    ***
    Nos étoiles

    La trompette sonne et résonne,
    Sonne l’extinction des feux.
    Mon pauvre cœur, je te le donne
    Pour un regard de tes beaux yeux.

    Et c’est l’heure, tout s’endort,
    J’écoute ronfler la caserne,
    Le vent qui souffle vient du Nord,
    La Lune me sert de lanterne
    Un chien perdu crie à la mort.

    La nuit s’écoule, lente, lente,
    Les heures sonnent lentement
    Toi, que fais-tu, belle indolente
    Tandis que veille ton amant
    Qui soupire après son amante,

    Et je cherche au ciel constellé
    Où sont nos étoiles jumelles
    Mon destin au tien est mêlé
    Mais nos étoiles où sont-elles?
    Ô ciel, mon joli champ de blé….

    Hugo l’a dit célèbre image
    Booz et Ruth s’en vont là-haut
    Pas au plafond sur le passage
    Comme au roman de Balao
    Duquel je n’ai lu qu’une page

    Un coq lance « cocorico »
    Ensemble nos chevaux hennissent
    A Nice me répond l’Écho
    Tous les amours se réunissent
    Autour de mon petit Lou de Co

    L’inimaginable tendresse
    De ton regard parait aux cieux
    Mon lit ressemble à ta caresse
    Par la chaleur puisque tes yeux
    Au nom de Nice m’apparaissent

    La nuit s’écoule doucement
    Je vais enfin dormir tranquille
    Tes yeux qui veillent ton amant
    Sont-ce pas ma belle indocile
    Nos étoiles au firmament

    Guillaume Apollinaire, (1880 1918) - Poèmes à Lou

    Passe une excellente fin de soiréexx
    5 réponses · Il y a 1 semaine
  • Un autre rocher vient de s'écrouler - Hommage à Jean d'Ormesson?

    :~:~: un billet d'humour de Jean mon nonagénaire préféré Le français est une langue animale Gaie comme un pinson, elle chantait comme un rossignol à longueur de journée, même dans sa salle de bain, où, fière comme un paon, elle s’imaginait déjà en Présidente de la République. Son frère était sorti un... afficher plus
    :~:~: un billet d'humour de Jean mon nonagénaire préféré Le français est une langue animale Gaie comme un pinson, elle chantait comme un rossignol à longueur de journée, même dans sa salle de bain, où, fière comme un paon, elle s’imaginait déjà en Présidente de la République. Son frère était sorti un quart d’heure auparavant de la baignoire, nu comme un ver, rouge comme un homard. Il était temps, d’ailleurs, pour lui de prendre son bain, car il était arrivé puant comme un putois, moche comme un pou dans ses vêtements usés jusqu’à la corde, tant il était radin comme un rat, un hérisson dans la poche. Il s’apprêtait à descendre à la cuisine, et à engouffrer, gourmand comme un goéland, deux ou trois baguettes de pain couvertes de beurre. Sa sœur lui avait reproché plusieurs fois de se goinfrer ainsi, elle avec son appétit de moineau, si ridicule. Il en gardait un chien de sa chienne… Le frère et la sœur étaient comme chien et chat. Lui, donc, comme un agneau s’il faisait beau, devenait un ours mal léché par temps de froid de canard. Changeant comme un caméléon, il pouvait alors demeurer muet comme une carpe, ou se montrer féroce comme une hyène. Elle, rieuse comme une mouette mais bête comme une poule, posait souvent des lapins à son amant pour s’amuser à lui chercher des poux dans la tête alors qu’il était endormi comme une marmotte, pour la sieste. Jean d’Ormesson (16 juin 1925 - 05 décembre 2017) rest in peace Jean
    9 réponses · Il y a 1 semaine
  • La vie est loin d'être une poésie..encore moins tout un poème?

    La vie est loin d'être une poésie..encore moins tout un poème?

    Meilleure réponse : bonsoir Coeur de Glace mais quand c'est LUI qui nous donne la Vie alors... dans le sens littéraire du terme non il n'y a pas de poésie dans la vie mais il y a de la poésie dans un poème qui décrit la Vie telle qui Lui me l'a insufflée In aeternum Lorsque persévèrent les interdits de l’amour Où... afficher plus
    Meilleure réponse : bonsoir Coeur de Glace

    mais quand c'est LUI qui nous donne la Vie alors...

    dans le sens littéraire du terme non il n'y a pas de poésie dans la vie mais il y a de la poésie dans un poème qui décrit la Vie telle qui Lui me l'a insufflée

    In aeternum

    Lorsque persévèrent les interdits de l’amour
    Où j’égrène les heures de l’horloge
    Retrouvant là mes pensées sans détour
    Dans mon cœur, ô Toi, où Tu loges…

    Ici… Comment vivre sans réserve
    Sans qu’aujourd’hui ne soit déjà demain ?
    - Vivre avec Toi cet amour que je préserve
    - Afin qu’il ne soit dans aucune mauvaise main?

    Mais de Toi je réclame des concessions
    Y - Comme je réclame au Sahara des dunes,
    - Et à l’infini des constellations
    - Mais bien plus encor des jours sans lacunes.

    Gage… Il n’y a pas d’oubli que le Temps n’éveille,
    Ô, Il n’y a pas d’ombre que la lumière ne fait fuir ;
    Dès lors, tous Tes mots s’habillent d’or et de vermeil
    - Et étreignent mon cœur avec tant de Souvenirs.

    Ici, mon esprit non plus n’est pas indifférent…
    N’étant qu’à l’écoute de la moindre de Tes inflexions,
    - Qui restent à mes oreilles un doux chant
    - Et auront dans ma bouche un goût d’émotion.

    Alors, je découvre avec ivresse toutes ces joies
    Et, que Tu m’offres dans un panier de fruits
    Tant… à l’odeur de framboises et de fraises des bois,
    Et dans lequel Ta tendresse est enfouie,

    Rassurante, par elle Tu as su sécher mes larmes,
    Note… Comme une mère celles de son enfant
    Ultime… J’y ai trouvé un abri et tant de charme
    Maintenant et à jamais j’en ai fait mon présent.

    - Que s’arrête le Temps… qu’il suspende son vol,
    J’ai peur de défaillir ou que ma plume
    En ces vers décide de prendre son envol
    Et n’écrive avec l’encre des écumes…

    Je serais au rendez vous le jour J.
    Le jour que Tu auras choisi sera précieux
    Ce jour là je me ferai jolie
    Je mettrai de l’or et de la lumière dans mes yeux….

    Copyright © Riha de Jade
    bis repetita placent <<"In aeternum" revu et corrigé>>

    passe une excellente fin de soirée
    7 réponses · Il y a 1 semaine
  • Comment te survivre?

    Meilleure réponse : Bonjour Frantz ton texte si beau soit-il m'a profondément ému comment lui survivre...? cela ne s'apprend pas cela se vit - on n'est jamais vraiment préparé juste avec du courage et de la patience - je suis sûre qu'elle voudrait que tu continues même sans elle a rire et à vivre et non pas à... afficher plus
    Meilleure réponse : Bonjour Frantz

    ton texte si beau soit-il m'a profondément ému

    comment lui survivre...? cela ne s'apprend pas cela se vit - on n'est jamais vraiment préparé

    juste avec du courage et de la patience - je suis sûre qu'elle voudrait que tu continues même sans elle a rire et à vivre et non pas à survivre

    ce que l'acteur de ce texte vit dans ces vers est un deuil blanc où l'être aimée en partance apprend à l'être aimé qui restera à vivre pleinement son absence tout en continuant à vivre sa propre vie... pour faire plaisir à la future voyageuse ..

    Comment survivre sans l’Aimée ?

    Que de questions resteront sans réponse !
    Apprendre à vivre avec tous les silences…
    Ne rien aliéner au passé…pas même une once…
    Conjuguer la vie au temps de l’absence.

    Continuum où la lumière faiblit…
    Où la solitude, cette prédatrice,
    Guette sa proie à l’angle d’un jour maudit,
    Pour l’emporter vers ses minutes destructrices .

    Folie d’un instant qui s’éternise…
    L’oubli n’existe pas dans cette déchéance.
    Les souvenirs reviennent tel un feu qu’on attise,
    Et revient avec eux une vive confiance…

    Rebâtir sur cette pierre angulaire
    Un rempart protégeant des jours soumis…
    Des jours sans… des jours tributaires
    D’un manque conduisant à l’agonie.

    Vivre ! En ne laissant rien à ses rapaces…
    Vis ! Cette vie est à toi.
    Ne prends pas au piège l’Espace,
    Ni le Soleil ni la Nuit dans le creux de toi.

    Sans abdiquer face à ce désert irritant
    Ressors quand tu veux de ta mémoire
    Ce doux murmure d’un amour encore vivant
    Au tréfonds de ton âme comme un miroir.

    L’oubli n’existe pas… certes
    Seule la patience te conduira sans entrave
    Vers demain. Balaye ces pensées inertes.
    L’Aimée ne te désire pas perclus ni esclave…

    Accepte le souffle du vent sur ton visage
    Le froid de la neige et de la pluie…
    Vois refleurir dans ce terreau de courage
    De nouvelles perspectives éloignant l’ennui.

    Regardant passer les oiseaux et les saisons
    D’aube en crépuscule… tu entendras chanter
    À nouveau ce murmure d’amour et de raison
    En retrouvant ton aimée dans des heures enchantées.

    Copyright© décembre 2017 Riha de Jade

    https://www.youtube.com/watch?v=vZCpEPka...

    passe un agréable week end dans la mesure du possible
    6 réponses · Il y a 3 semaines
  • Avez vous un poème qui nous fait sentir et comprendre la vie .?

    Meilleure réponse : Bonjour. J’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensité Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges Comme un mort raisonnable qui a su mourir Un mort non couronné sinon de son néant Je me suis étendu sur les vagues absurdes Du poison absorbé par amour de... afficher plus
    Meilleure réponse : Bonjour.
    J’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensité
    Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho
    Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges
    Comme un mort raisonnable qui a su mourir
    Un mort non couronné sinon de son néant
    Je me suis étendu sur les vagues absurdes
    Du poison absorbé par amour de la cendre
    La solitude m’a semblé plus vive que le sang




    Je voulais désunir la vie
    Je voulais partager la mort avec la mort
    Rendre mon cœur au vide et le vide à la vie
    Tout effacer qu’il n’y ait rien ni vitre ni buée
    Ni rien devant ni rien derrière rien entier
    J’avais éliminé le glaçon des mains jointes
    J’avais éliminé l’hivernale ossature
    Du vœu qui s’annule

    Tu es venue le feu s’est alors ranimé
    L’ombre a cédé le froid d’en bas s’est étoilé
    Et la terre s’est recouverte
    De ta chair claire et je me suis senti léger
    Tu es venue la solitude était vaincue
    J’avais un guide sur la terre je savais
    Me diriger je me savais démesuré
    J’avançais je gagnais de l’espace et du temps

    J’allais vers toi j’allais sans fin vers la lumière
    La vie avait un corps l’espoir tendait sa voile
    Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
    Promettait à l’aurore des regards confiants
    Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
    Ta bouche était mouillée des premières rosées
    Le repos ébloui remplaçait la fatigue
    Et j’adorais l’amour comme à mes premiers jours.

    Les champs sont labourés les usines rayonnent
    Et le blé fait son nid dans une houle énorme
    La moisson la vendange ont des témoins sans nombre
    Rien n’est simple ni singulier
    La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit
    La forêt donne aux arbres la sécurité
    Et les murs des maisons ont une peau commune
    Et les routes toujours se croisent.

    Les hommes sont faits pour s’entendre
    Pour se comprendre pour s’aimer
    Ont des enfants qui deviendront pères des hommes
    Ont des enfants sans feu ni lieu
    Qui réinventeront les hommes
    Et la nature et leur patrie
    Celle de tous les hommes
    Celle de tous les temps.
    je t'aime
    10 réponses · Il y a 3 semaines
  • Les hommes ont disparue dans la nature , par manque de correction , la femme demeure dans la frustration .?

    Les hommes ont disparue dans la nature , par manque de correction , la femme demeure dans la frustration .?

    Meilleure réponse : bonjour pas toujours fort heureusement:) Une femme est l'amour, la gloire et l'espérance ; Aux enfants qu'elle guide, à l'homme consolé, Elle élève le cœur et calme la souffrance, Comme un esprit des cieux sur la terre exilé. Courbé par le travail ou par la destinée, L'homme à sa voix... afficher plus
    Meilleure réponse : bonjour pas toujours fort heureusement:)
    Une femme est l'amour, la gloire et l'espérance ;
    Aux enfants qu'elle guide, à l'homme consolé,
    Elle élève le cœur et calme la souffrance,
    Comme un esprit des cieux sur la terre exilé.

    Courbé par le travail ou par la destinée,
    L'homme à sa voix s'élève et son front s'éclaircit ;
    Toujours impatient dans sa course bornée,
    Un sourire le dompte et son cœur s'adoucit.

    Dans ce siècle de fer la gloire est incertaine :
    Bien longtemps à l'attendre il faut se résigner.
    Mais qui n'aimerait pas, dans sa grâce sereine,
    La beauté qui la donne ou qui la fait gagner ?

    Gérard de Nerval.
    9 réponses · Il y a 2 semaines
  • Bonsoir, avez-vous un espoir?

    Adieu le bonjour. A dos la tension. Attendu l'admiré. Attention d'aimé. Mission d'aliéné. Salve d'allié. Complétion déliée. Parabole de mots monnayés. Obole d'un soudoyé. Oubli d'une élite évitée. Décomplexée parole d'esprit délité. Complexion du capital désalité. Justification... afficher plus
    Adieu le bonjour. A dos la tension. Attendu l'admiré. Attention d'aimé. Mission d'aliéné. Salve d'allié. Complétion déliée. Parabole de mots monnayés. Obole d'un soudoyé. Oubli d'une élite évitée. Décomplexée parole d'esprit délité. Complexion du capital désalité. Justification mesquine d'un être désemparé. Purification divine de l'agneau effaré. Pluie atomique sur le loup mammonique égaré. Anti-biblique intellectualisation et rationalisation malaxée. Axé l'homme mal-aimé dans ses mimiques reclus. L'enfer d'immolation de son âme perdue. Inique peur d'un vécu sans lueur. Vapeur radioactive d'atome perdu. Transpiration punitive d'une terre déçue. Émanations asphyxiantes d'une société nucléarisée. Préjugé éculé d'un sybarite démaquillé. Ecran post-moderniste d'une vision biaisée. Poussières d'un réseau social déjà dépassé. Tué. Tu es. L'agneau par le loup disséqué. Dans le désamour en mer. Des absences ourdies dans le silence. Une conscience sans science. Méconnaissance de sa propre démence. Transe à pensée vide à pleine panse. Reine la peine rapide amène haine. Laine de coton danse humide. Dans le désert vie s'organise. Eau du bas ne finit plus de plonger. Haut du mât tremble sur son bateau échoué. Élague au loin les vagues. Vas au tas la sombre épave. Relègue au tard ce qui amène bave. Dans les ferrailles perdues d'esclave. Misérables écailles la mue de serpent.
    4 réponses · Il y a 3 semaines
  • Pourquoi la perspective est forte que la poésie amazigh   C'est le plus beau et le meilleur   La poésie dans le monde?

    Meilleure réponse : Le vrai sens de la poésie, n'est valable que dans la langue d'origine !!
    Meilleure réponse : Le vrai sens de la poésie, n'est valable que dans la langue d'origine !!
    4 réponses · Il y a 2 semaines
  • Comment protéger nos enfant contre #des prédateur et autre agresseur?

    :~:~:~: https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/comment-proteger-les-enfants_493071.html https://www.youtube.com/watch?v=kwTFAWwAHaA L'aigle Noir Un beau jour ou peut-être une nuit Près d'un lac je m'étais endormie Quand soudain, semblant crever le ciel Et venant de nulle part Surgit un... afficher plus
    :~:~:~: https://www.lexpress.fr/actualite/societ... https://www.youtube.com/watch?v=kwTFAWwA... L'aigle Noir Un beau jour ou peut-être une nuit Près d'un lac je m'étais endormie Quand soudain, semblant crever le ciel Et venant de nulle part Surgit un aigle noir Lentement, les ailes déployées Lentement, je le vis tournoyer Près de moi, dans un bruissement d'ailes Comme tombé du ciel L'oiseau vint se poser Il avait les yeux couleur rubis Et des plumes couleur de la nuit À son front, brillant de mille feux L'oiseau roi couronné Portait un diamant bleu De son bec, il a touché ma joue Dans ma main, il a glissé son cou C'est alors que je l'ai reconnu Surgissant du passé Il m'était revenu Dis l'oiseau, ô dis, emmène-moi Retournons au pays d'autrefois Comme avant, dans mes rêves d'enfant Pour cueillir en tremblant Des étoiles, des étoiles Comme avant, dans mes rêves d'enfant Comme avant, sur un nuage blanc Comme avant, allumer le soleil Être faiseur de pluie Et faire des merveilles L'aigle noir dans un bruissement d'ailes Prit son vol pour regagner le ciel Un beau jour, ou peut-être une nuit Près d'un lac je m'étais endormie Quand soudain, semblant crever le ciel Et venant de nulle part Surgit un aigle noir Un beau jour, ou était-ce une nuit Près d'un lac je m'étais endormie Quand soudain, semblant crever le ciel Et venant de nulle part Surgit un aigle noir Un beau jour, une nuit Près d'un lac, endormie Quand soudain
    9 réponses · Il y a 3 semaines
  • Quel parfum conviendrait le mieux a l'amour?

    Parfum d'amour L’orage éclate Un vent fou se lève Sur la crête Où je rêve Un amour balbutiant Que je respire Flotte dans l’air J’attends impatient De suivre son parfum S’il m’appelle Sous son ciel Je rêve d’un long voyage Si lointain Kira MAZOUZ https://www.youtube.com/watch?v=sqjIhI0o...
    Parfum d'amour L’orage éclate Un vent fou se lève Sur la crête Où je rêve Un amour balbutiant Que je respire Flotte dans l’air J’attends impatient De suivre son parfum S’il m’appelle Sous son ciel Je rêve d’un long voyage Si lointain Kira MAZOUZ https://www.youtube.com/watch?v=sqjIhI0o...
    11 réponses · Il y a 3 semaines
  • Ceci n'est pas poème mais un texte pour une personne disparue ce jours à 12 heures 37..Comment allez vous me juger..?

    Meilleure réponse : bonsoir Crocs Blancs il n'y a pas de juge ici et personne n'est là pour te juger c'est un bel hommage que tu rends à ton amie qui vient de refermer le Livre de sa vie en rejoignant l’Éternité. Qu’elle repose en paix C‘est toujours une tristesse inqualifiable qui s‘abat sur ceux qui restent il n‘y a... afficher plus
    Meilleure réponse : bonsoir Crocs Blancs

    il n'y a pas de juge ici et personne n'est là pour te juger

    c'est un bel hommage que tu rends à ton amie qui vient de refermer le Livre de sa vie en rejoignant l’Éternité. Qu’elle repose en paix

    C‘est toujours une tristesse inqualifiable qui s‘abat sur ceux qui restent il n‘y a pas de mots assez forts pour traduire nos pensées dans ces cas là, et adoucir leur peine et leur chagrin .

    l'oubli n'existe pas, les personnes qui partent ne s'en vont pas réellement car ils demeurent dans nos souvenirs

    Toutes mes condoléances Crocs Blancs - courage et patience il n'y a pas d'autres solutions, il faudra du temps pour faire son deuil,pour que la douleur s'estompe et poursuivre le cours de sa vie la tienne et celle des personnes qui lui étaient chères

    https://www.youtube.com/watch?v=3pvf_OBu...

    passe dans la mesure du possible une bonne soirée
    6 réponses · Il y a 3 semaines