• Si l'impulsion est le précurseur de la force, selon Newton, comment s'appelle en physique le précurseur de l'impulsion ?

    F = d(mv)/dt avec mv l'impulsion. F dérive de l'impulsion. De quoi dérive l'impulsion, comment s'appelle cette grandeur qu'on pourrait écrire mvdt de dimension M.L ? Ce n'est pas l'action (J.s).
    F = d(mv)/dt avec mv l'impulsion. F dérive de l'impulsion. De quoi dérive l'impulsion, comment s'appelle cette grandeur qu'on pourrait écrire mvdt de dimension M.L ? Ce n'est pas l'action (J.s).
    3 réponses · Il y a 5 jours
  • Quand je mets un récipient cylindrique en plastique, rempli d'eau au congélateur. H = 12,5 cm. Diamètres 12,5 et 9,5, ...?

    Je le retrouve avec le fond explosé par la glace alors que sa surface gelée demeure lisse. J'en conclus que la surface gèle en premier, alors comment faire pour que toute l'eau soit gelée mais sans qu'il explose ? Je précise que le récipient n'est pas fermé.
    Je le retrouve avec le fond explosé par la glace alors que sa surface gelée demeure lisse. J'en conclus que la surface gèle en premier, alors comment faire pour que toute l'eau soit gelée mais sans qu'il explose ? Je précise que le récipient n'est pas fermé.
    6 réponses · Il y a 1 semaine
  • Une baisse globale de la vitesse de la lumière avec l'expansion de l'espace permettrait-elle d'évacuer matière et énergie noires + inflation?

    Meilleure réponse : Ça ne suffit pas. Il faut deux autres ingrédients essentiels donnés par… la physique quotidiennement utilisée depuis près d'un siècle par les théoriciens : - la variation SIMULTANÉE DE TOUTES LES CONSTANTES physiques, c, G, h - le dédoublement de l'Univers en deux univers ou feuillet couplés ensemble par... afficher plus
    Meilleure réponse : Ça ne suffit pas. Il faut deux autres ingrédients essentiels donnés par… la physique quotidiennement utilisée depuis près d'un siècle par les théoriciens :
    - la variation SIMULTANÉE DE TOUTES LES CONSTANTES physiques, c, G, h
    - le dédoublement de l'Univers en deux univers ou feuillet couplés ensemble par une équation de champ gravitationnelle elle-même dédoublée.

    Ainsi :
    - on retrouve bien l'homogénéité lors de la phase initiale du big bang quand les constantes varient alors que l'énergie domine et qu'il n'y a pas encore de brisure de symétrie,
    - tous les trucs obscurs, surtout dans leur concept, leur physique et leur compréhension mentale sont évacués puisqu'ils correspondent alors à l'action du second feuillet − où la vitesse de la lumière est plus grande, les distances plus courtes donc la gravité plus forte − sur le nôtre. En particulier :
    + homogénéité du fond cosmologique,
    + structure lacunaire à grande échelle,
    + confinement et courbe de rotation des galaxies,
    + idem pour les amas de galaxie,
    + effets de lentille gravitationnelle,
    + nanisme des galaxies lointaine par effet de lentille gravitationnelle inverse (des concentrations de la matière du second feuillet, dont l'effet est divergent ici).
    Etc.

    Accessoirement on a aussi :
    - retrouvé l'antimatière cosmologique,
    - rendu non-impossible le voyage entre étoiles, à condition de passer par le métro express,
    - une alternative au faux modèle de trou noir (comme le dit lui-même… Schwarzschild !) qui, ne contenant AUCUNE MATIÈRE, ne serait que la phase intermédiaire du transfert de matière de notre feuille à l'autre où les masses nous semblent négative selon un principe de relativité étendu,
    - une cohérence retrouvée de la physique de base relativiste, le groupe de Poincaré ne devant plus être amputé de sa partie rétrochrone inverseuse… de l'énergie ! (E → -E comme t → -t …)
    - une extension simple de la relativité générale qui de S=XT devient
    S =X(T-T')
    S'=X(T'-T)
    en toute cohérence.


    Et cela a été TROUVÉ DÈS 1988 pour la partie des constantes variables, et dès la première moitié des années 90 pour la partie gravitationnelle.
    Aujourd'hui après 30 ans de travail, cela donne le modèle cosmologique cohérent de relativité générale étendue JANUS.

    Voir par exemple ce vieil article qui mentionne en première référence LES articles de 1988 : http://jp-petit.org/science/arxiv/CITV_b...


    Bien entendu, en bon navet de propagande scientiste aux ordres de la science française, l'article que tu donnes NE CITES PAS CES TRAVAUX NON SEULEMENT PRÉCURSEURS MAIS AUJOURD'HUI MILLE FOIS PLUS EN AVANCE QUE L'ENSEMBLE DES TRAVAUX CITÉS !

    Pitoyable, abjecte, lamentable !


    On a un THÉORICIEN FRANÇAIS DE POINTE aux travaux à la hauteur de ceux d'Einstein et de ses successeurs et on s'emploie en France à le marginaliser, l'oublier, le dénigrer et le taire !
    7 réponses · Il y a 3 semaines
  • Quelle est la distance de la terre à la lune?

    Meilleure réponse : 384400 Km
    Meilleure réponse : 384400 Km
    10 réponses · Il y a 4 semaines
  • Quel est le rayon de la terre?

    Meilleure réponse : environ 6370 km
    Meilleure réponse : environ 6370 km
    6 réponses · Il y a 4 semaines
  • Une onde électromagnétique, est une énergie qui se propage dans un milieu, avec un rayon d'action fini qui dépend de la quantité d'énergie?

    exemple: les feux de route, ont un rayon d'action supérieur aux feux de route
    exemple: les feux de route, ont un rayon d'action supérieur aux feux de route
    6 réponses · Il y a 4 semaines
  • Un câble électrique gainé peut-il quand même amorcer ?

    Un câble électrique gainé peut-il quand même amorcer ?

    Bonjour, Les câbles électriques gainés, comme on en voit encore dans les rues en hauteur auxquels sont raccordées les maisons, peuvent ils amorcer par exemple à l'approche d'une grue de levage qui viendrait un peu trop près ? Ma question est surtout de savoir si malgré le gainage, il y avait risque... afficher plus
    Bonjour, Les câbles électriques gainés, comme on en voit encore dans les rues en hauteur auxquels sont raccordées les maisons, peuvent ils amorcer par exemple à l'approche d'une grue de levage qui viendrait un peu trop près ? Ma question est surtout de savoir si malgré le gainage, il y avait risque d'amorce. Par ailleurs j'aimerais connaitre la tension du courant dans ces câbles qui relient les habitations particulières. (sur la photo, on voit les câbles PTT qui ne présentent aucuns risques mais qu'en est t-il pour les câbles les plus hauts... à savoir ceux là sont gainés et n'ont pas d'isolateurs en verre sur les poteaux...) Merci !
    5 réponses · Il y a 1 mois
  • On peut rouler à vélo sur un tapis roulant et garder l'équilibre ?

    Est qu'on a besoin de la force centrifuge provoquée par les petites corrections de guidon grâce à la vitesse ?
    Est qu'on a besoin de la force centrifuge provoquée par les petites corrections de guidon grâce à la vitesse ?
    8 réponses · Il y a 2 mois
  • Comment va le Grand mètre parano blancos qui pue du slip marron devant et derrière qui attend le maître qui va lui ramoner la cheminée?

    Meilleure réponse : Le Gland traître blanc est en train de se faire sodomiser par ses amis Noirs !!
    Meilleure réponse : Le Gland traître blanc est en train de se faire sodomiser par ses amis Noirs !!
    4 réponses · Il y a 2 mois
  • Défi scientifique?

    Meilleure réponse : Donc, je remets ici ce que j'ai mis dans des commentaires. L'oeil est un point. Une loupe, lentille, etc, c'est en gros un compromis entre le point (qui se comporte parfaitement, quelle que soit la distance, sans problème de mise au point, mais ne récolte aucune lumière), et un trou (qui récolte plein... afficher plus
    Meilleure réponse : Donc, je remets ici ce que j'ai mis dans des commentaires.

    L'oeil est un point.
    Une loupe, lentille, etc, c'est en gros un compromis entre le point (qui se comporte parfaitement, quelle que soit la distance, sans problème de mise au point, mais ne récolte aucune lumière), et un trou (qui récolte plein de lumière, mais la mélange, et donc donne une image floue : vous ne voyez pas une image du soleil se dessiner sur le mur de votre maison. Sauf si le trou est quasi ponctuel).

    La loupe combine les avantages des deux : elle récolte autant de lumière que le trou dans lequel elle est placée (donc bien plus qu'un simple point). Mais focalise les rayons, comme s'ils étaient passés à travers un point. A une grosse contrainte près : à condition que la source des rayons soit à la bonne distance (qui se calcule en fonction de la focale et de la distance de la rétine. Cf cours d'optique. On peut revenir là dessus si vous voulez, mais normalement, ça doit réveiller des souvenirs de lycée).

    Donc, du moment que la mise au point est faite (que vous ne voyez pas flou), vos yeux (avec l'aide de lunette éventuellement) se comportent comme un point, du moins pour les rayons issus de ce que vous regardez.


    Tout ceci étant dit, on arrive alors à la réponse déjà donnée : la taille du miroir doit être la moitié de votre hauteur. Pour une raison simple à comprendre : votre "moi virtuel" (l'image dans le miroir) est situé à la même distance du miroir (mais de l'autre côté) que vous l'êtes.
    Donc tout se passe comme si vous observiez quelqu'un d'exactement la même taille que vous, à travers une fenêtre. Etant donnez que vous êtes les deux à égale distance de la fenêtre.
    Du simple Thalès montre que, quelle que soit la hauteur de vos yeux d'ailleurs, la taille de la fenêtre (cad du miroir) est la moitié de votre taille (et donc de celle de votre image)

    Cela ne change pas en fonction de votre distance au miroir.
    La position du miroir non plus d'ailleurs ne change pas : le bas du miroir doit être situé à la moitié de la hauteur de vos yeux. Et le haut, à la hauteur de vos yeux plus la moitié de la distance entre le sommet de votre crane et vos yeux (ce qui est cohérent avec ce qui a déjà été dit sur la taille du miroir : Y+(H-Y)/2 - Y/2 = Y +H/2 -Y/2 -Y/2 = H/2, avec Y hauteur des yeux, et H, votre taille)


    Là où vos 140° jouent, c'est sur la distance. Si on appelle D la distance entre vous et le miroir, donc 2D la distance entre vous et le sujet observé, l'angle sera arctan(Y/2D) + arctan((H-Y)/2D) = arctan(2DH/(4D²-Y(H-Y))
    Soit 2DH = -0.839(4D²-Y(H-Y)
    Soit 3.356*D² + 2H*D - 0.839Y(H-Y)

    Par exemple, si vous faites 1m80 et que vos yeux sont à 1m70 du sol :
    3.356D² + 3.60D - 0.143 = 0
    Δ = 14.88
    D = (-3.6 ± √13.88) / 2*3.356
    D'où D=3.8 cm environ.
    C'est pas beaucoup (et pourtant c'est cohérent : à 7.5cm de qqn, 140° suffisent déjà, même si c'est pas confortable, et que selon votre âge, vous ne les avez plus les 140°)


    En d'autres termes, la distance au miroir n'est vraiment pas le problème. En tous cas, pas par rapport aux 140°. Vous l'éloignerez d'abord pour des raisons de confort (ne serait-ce que parce que vos yeux ne sont pas capables de voir nettement ce qui est à moins de 15 cm dans des conditions correcte de confort. Si vous êtes myope, ces 15 cm sont plus bas en théorie, mais toujours pas confortables)


    Donc, réponse courte :
    le miroir fait la moitié de votre taille, et est posé à une hauteur de la moitié de la hauteur de vos yeux.

    Le fait que l'oeil n'est pas tout à fait un point n'intervient que justement dans le fait que vous ne vous contenrez jamais des 3.8 cm de distance théoriquement suffisant du fait des 140°, mais, par confort de mise au point (la distance à laquelle vos yeux imitent un point) vous allez vouloir mettre un bon 30 cm minimum (cad 60 cm de votre image)
    5 réponses · Il y a 3 mois
  • Comment a-t-on déduit qu'un photon n'avait pas de masse?

    Pour que l'énergie produite par le photon se matérialise en paire électron - positron, il faut bien que le photon ait lui-même une masse ? Comment une masse nulle est-elle capable de créer de l'énergie. Même à la vitesse de la lumière, si vous multipliez par 0, au final vous aurez toujours 0. Quels outils... afficher plus
    Pour que l'énergie produite par le photon se matérialise en paire électron - positron, il faut bien que le photon ait lui-même une masse ? Comment une masse nulle est-elle capable de créer de l'énergie. Même à la vitesse de la lumière, si vous multipliez par 0, au final vous aurez toujours 0. Quels outils a-t-on utilisé pour affirmer qu'un photon n'a pas de masse ? Comment est-on sûr qu'il n'a pas une masse bien inférieure au Planck ? Je ne remets pas en cause car j'imagine que des milliers de chercheurs sont arrivés à cette conclusion, mais j'aimerais comprendre.
    13 réponses · Il y a 3 mois
  • Comment la masse (élément physique) peut déformer l espace temps qui est un concept mathématique?

    Meilleure réponse : Détrompe-toi, les grandeurs physiques sont tout autant mathématiques que l'espace-temps, ou l'inverse. En fait, les DEUX sont UNE SEULE ET MÊME CHOSE. En prenant simplement l'espace-temps, c'est-à-dire un espace à 4 dimensions doté d'une métrique de Minkovski (+---), la théorie des groupes... afficher plus
    Meilleure réponse : Détrompe-toi, les grandeurs physiques sont tout autant mathématiques que l'espace-temps, ou l'inverse.

    En fait, les DEUX sont UNE SEULE ET MÊME CHOSE.


    En prenant simplement l'espace-temps, c'est-à-dire un espace à 4 dimensions doté d'une métrique de Minkovski (+---), la théorie des groupes GÉNÈRE automatiquement les grandeurs physiques − énergie, impulsion, moment cinétique et passage − puisque ces grandeurs ne sont MATHÉMATIQUEMENT que l'espace dual de celui constitué du groupe des rotations et translations directement issu de l'hypothèse (espace 4D de Minkowski).

    Et qui dit impulsion-énergie dit masse.


    Comme par ailleurs la courbure est une propriété intrinsèque d'un espace, elle doit avoir son pendant ou son origine dans l'espace dual.

    On aurait pu se donner au départ un espace non euclidien mais courbe (sphère) où donc la courbure n'est pas nulle (dire qu'elle est nulle ne signifie pas que la courbure n'existe pas ; elle n'a qu'une valeur très particulière qui donne des propriétés tout aussi particulières).

    Pour l'instant on ne sait pas faire le lien par la théorie des groupes entre un espace courbe et son dual, donc on ne sait pas montrer comment la présence d'une masse crée la courbure dans l'espace-temps et comment reconstruire à partir de là l'équation d'Einstein. Tout ce qu'on a c'est cette équation qui lie les deux.

    Et qu'elle est-elle ? Une équation qui relie deux concepts en apparence étrangers comme :
    - la masse et l'accélération (m⋅a = -G⋅m⋅m'/r²)
    - le champ électromagnétique et les charges (rot B = µ⋅J…)

    Est-ce vraiment plus étrange de lier métrique et contenu énergétique (S = χ⋅T) ?
    9 réponses · Il y a 3 mois