• Est ce que tu te rapproches de la nature ,des arbres de la terre ,de la mer ,pour être plus heureux au lieu de rester toujours au bureau?

    Meilleure réponse : 12jours en Oranie ,j'ai embrassé les arbres de mon beau pays , j'ai nagé jusqu’à à en avoir les bras presque coupés , j'ai marché sur le sable ,j'ai ramassé des pierres , des algues , je me suis promenée et allongé en foret, j'ai dansé , j'ai eu des fous rires , j'ai visité Santa... afficher plus
    Meilleure réponse : 12jours en Oranie ,j'ai embrassé les arbres de mon beau pays , j'ai nagé jusqu’à à en avoir les bras presque coupés , j'ai marché sur le sable ,j'ai ramassé des pierres , des algues , je me suis promenée et allongé en foret, j'ai dansé , j'ai eu des fous rires , j'ai visité Santa Crus,Sbiaat , Sarsel ,Madagh ,Mostaganem , j'ai découvert des endroits vierges à couper le souffle!Et tout ces beaux moments ,partagés avec ma petite famille et des amies formidables ...
    6 réponses · Il y a 1 semaine
  • Le courage est-il un acte raisonnable -?

    :~:~:~: Où es tu ? Aussi loin que remontent mes souvenirs Il n’est pas dans ma mémoire une telle peur Ô, pas la peur des hauteurs, on peut les aplanir, Ni celle du lâcher prise, mais une autre terreur Qu’Est-ce qui ébranle mon courage, Mettant mon cœur de Jade aux abois, Me jetant dans un abîme d’engrenage... afficher plus
    :~:~:~: Où es tu ? Aussi loin que remontent mes souvenirs Il n’est pas dans ma mémoire une telle peur Ô, pas la peur des hauteurs, on peut les aplanir, Ni celle du lâcher prise, mais une autre terreur Qu’Est-ce qui ébranle mon courage, Mettant mon cœur de Jade aux abois, Me jetant dans un abîme d’engrenage Où à chaque instant je tremble d’effroi? Cette frayeur voile mon ciel de noir Obscurcissant ce jour. L’affolement, Étreint mes tripes. Y a-t-il une échappatoire, Me libérant de cet inextricable tourment ? Un aiguillage sur les rails que j’emprunte Changerait-il ma direction sans larme ? Quelle énergie déployer qui ne soit pas feinte ? Où trouverai-je cette force d’âme ? Ô supplice…! Le spectre de mes craintes Se profile à l’horizon… un deux trois… Ce n’est pas un mirage… le son de ces plaintes… Assourdissant… vient du fond de moi, Mon cœur cogne et s’agite Mon sang se glace Mes veines palpitent Mes mains frémissent d’angoisse… Frisson atroce saisissant tout mon corps Frousse. Sentiments d’impuissance, Quel vertige m’attend encore ? Envolée... ma confiance… Le courage est une vertu sagace, Une vertu qui m’échappe, pourtant Une constante qu’il faut payer d’audace Ma hardiesse a pris la clef des champs… Attends moi où t’en vas-tu avec ton air? Je ne résisterai pas sans toi, et c’est grave Ô Courage…! N’étant pas téméraire… Je n’ai rien d’une héroïne brave… Copyright © Riha de Jade
    11 réponses · Il y a 3 semaines
  • Bestialité?

    Meilleure réponse : bonjour Frantz waouh...!!!?? on sort de la lecture de ton poème tout tremblant et quelque peu désorienté... faut-il pleurer pour le jeune homme tout en s'offusquant pour la petite chienne ? je dois t'avouer qu'en commençant à te lire... le petit garçon de neuf ans m'a fait de la peine paraissant... afficher plus
    Meilleure réponse : bonjour Frantz

    waouh...!!!??

    on sort de la lecture de ton poème tout tremblant et quelque peu désorienté... faut-il pleurer pour le jeune homme tout en s'offusquant pour la petite chienne ?

    je dois t'avouer qu'en commençant à te lire... le petit garçon de neuf ans m'a fait de la peine paraissant si pas éthique qu'il en était pathétique

    tu as su encore avec tes mots chambouler les tabous... anarchiste des maux

    Hélas... c'est malheureux mais cela arrive... c'est condamnable - mais que doit on condamner? faut-il chercher des excuses à cette cruauté sans nom ? un pédopsychiatre aurait-il décelé chez cet enfant cette perversité ?

    les animaux sont innocents et non consentants et en violer c'est la pire de toutes les bassesses humaines

    j'ai pleurer en finissant de lire ce poème qui somme toute est bien écrit et en ferait rebondir plus d'une association pour la protection animal... mais qu'en est-il de l'enfant au prénom chevaleresque ?

    c'est cela bien écrire... c'est susciter des controverses et alimenter un débat qui se trouve être au cœur d'une actualité... c'est aussi provoquer des émotions...

    merci d'avoir partagé ce poème empreint d'une telle bestialité certes, et d'une infime souffrance sans tomber dans le dolorisme pour l'enfant mais dans une grande indignation pour l'animal innocent

    Passe une bonne semaine
    4 réponses · Il y a 3 semaines
  • Prière à Marie Poème de Francis Jammes?

    Par le petit garçon qui meurt près de sa mère Tandis que des enfants s amusent au parterre Et par l oiseau blessé qui ne sait pas comment Son aile tout à coup s ensanglante et descend Par la soif et la faim et le délire ardent Je vous salue, Marie. Par les gosses battus, par l ivrogne qui rentre Par l âne qui... afficher plus
    Par le petit garçon qui meurt près de sa mère Tandis que des enfants s amusent au parterre Et par l oiseau blessé qui ne sait pas comment Son aile tout à coup s ensanglante et descend Par la soif et la faim et le délire ardent Je vous salue, Marie. Par les gosses battus, par l ivrogne qui rentre Par l âne qui reçoit des coups de pied au ventre Et par l humiliation de l innocent châtié Par la vierge vendue qu on a déshabillée Par le fils dont la mère a été insultée Je vous salue, Marie. Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids S écrie: " Mon Dieu ! " par le malheureux dont les bras Ne purent s appuyer sur une amour humaine Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène Par le cheval tombé sous le chariot qu il traîne Je vous salue, Marie. Par les quatre horizons qui crucifient le monde Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains Par le malade que l on opère et qui geint Et par le juste mis au rang des assassins Je vous salue, Marie. Par la mère apprenant que son fils est guéri Par l oiseau rappelant l oiseau tombé du nid Par l herbe qui a soif et recueille l ondée Par le baiser perdu par l amour redonné Et par le mendiant retrouvant sa monnaie Je vous salue, Marie.
    5 réponses · Il y a 3 semaines
  • Chevelures de nuit?

    Meilleure réponse : bonjour Frantz quel bel hommage à cet attribut de beauté qui révèle tant de sensualité chez une femme - merci de nous l'offrir en partage tu n'es pas sans savoir que la chevelure d'une femme est pleine de phéromones tout comme chez les animaux et c'est pourquoi certaines espèces humaines... afficher plus
    Meilleure réponse : bonjour Frantz

    quel bel hommage à cet attribut de beauté qui révèle tant de sensualité chez une femme -
    merci de nous l'offrir en partage

    tu n'es pas sans savoir que la chevelure d'une femme est pleine de phéromones tout comme chez les animaux et c'est pourquoi certaines espèces humaines l'ont comprises et s'ils cloîtrent leurs femmes filles sœurs ou mères et leur imposent de cacher c'est parce qu'ils refusent que d'autres hommes qu'eux ne puissent voir ou "sentir" à la manière des animaux - d'où l'escamotage de la chevelure féminine chez ces espèces là les obligeant à porter le voile

    ton beau poème me fait rappeler celui qu'avait écrit l'un de mes dandys préférés

    La chevelure

    Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure !
    Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !
    Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure
    Des souvenirs dormant dans cette chevelure,
    Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !

    La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
    Tout un monde lointain, absent, presque défunt,
    Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !
    Comme d'autres esprits voguent sur la musique,
    Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.

    J'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,
    Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ;
    Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !
    Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
    De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :

    Un port retentissant où mon âme peut boire
    A grands flots le parfum, le son et la couleur ;
    Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire,
    Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire
    D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.

    Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse
    Dans ce noir océan où l'autre est enfermé ;
    Et mon esprit subtil que le roulis caresse
    Saura vous retrouver, ô féconde paresse,
    Infinis bercements du loisir embaumé !

    Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues,
    Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond ;
    Sur les bords duvetés de vos mèches tordues
    Je m'enivre ardemment des senteurs confondues
    De l'huile de coco, du musc et du goudron.

    Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde
    Sèmera le rubis, la perle et le saphir,
    Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde !
    N'es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde
    Où je hume à longs traits le vin du souvenir ?

    Charles Baudelaire (1821 - 1867 à 46 ans) - Les Fleurs du mal

    bon week end
    5 réponses · Il y a 4 semaines
  • Les traîtres de RN souhaitant voir notre équipe nationale perdre : pourquoi pas y faire allusion dans un chant pour soutenir notre équipe ?

    Meilleure réponse : Sans vouloir vous offenser , vous n'avez aucun sens poétique et vos rimes sont pauvres lol
    Meilleure réponse : Sans vouloir vous offenser , vous n'avez aucun sens poétique et vos rimes sont pauvres lol
    7 réponses · Il y a 1 mois
  • Poème pour les vieux qui sont toujours jeune ?

    Meilleure réponse : Bonjour Théodore et merci pour le joli poème que je découvre à sa lecture - il n'y a pas de mal à être légère même avec l'âge - et puis ne rien prendre aux sérieux n'est pas que l’apanage des jeunes n'en déplaise à Rimbaud qui pense que... On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans ... afficher plus
    Meilleure réponse : Bonjour Théodore

    et merci pour le joli poème que je découvre à sa lecture - il n'y a pas de mal à être légère même avec l'âge - et puis ne rien prendre aux sérieux n'est pas que l’apanage des jeunes n'en déplaise à Rimbaud qui pense que... On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans

    Roman

    On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
    Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
    Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
    On va sous les tilleuls verts de la promenade.

    Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
    L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière
    Le vent chargé de bruits - la ville n'est pas loin
    A des parfums de vigne et des parfums de bière...

    Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
    D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
    Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
    Avec de doux frissons, petite et toute blanche...

    Nuit de juin ! Dix-sept ans ! On se laisse griser.
    La sève est du champagne et vous monte à la tête...
    On divague, on se sent aux lèvres un baiser
    Qui palpite là, comme une petite bête...

    Le cœur fou robinsonne à travers les romans,
    Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère,
    Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
    Sous l'ombre du faux col effrayant de son père...

    Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
    Tout en faisant trotter ses petites bottines,
    Elle se tourne, alerte et d'un mouvement vif...
    Sur vos lèvres alors meurent les cavatines...

    Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.

    Vous êtes amoureux. Vos sonnets La font rire.
    Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût.
    Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire !...

    Ce soir-là vous rentrez aux cafés éclatants,
    Vous demandez des bocks ou de la limonade...
    On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
    Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.

    .......................................... septembre 1870)

    Arthur Rimbaud (1854 - 1891 à 37 ans)

    https://www.youtube.com/watch?v=8xiXfLXt...

    passe une bonne semaine
    9 réponses · Il y a 1 mois
  • On s'en pose des questions en amour ! ...?

    Questions et Rêveries M’aimerais-tu si j’étais différente, Si je t’abreuvais de mil’ compliments, Si j’étais devenue ton amante, Dès le premier soir instantanément ? Elles s’agglutinent autour de toi, Comme un essaim d’abeilles folles, Seule la reine se refusera, A tes avances qu’elle juge trop molles. Une... afficher plus
    Questions et Rêveries M’aimerais-tu si j’étais différente, Si je t’abreuvais de mil’ compliments, Si j’étais devenue ton amante, Dès le premier soir instantanément ? Elles s’agglutinent autour de toi, Comme un essaim d’abeilles folles, Seule la reine se refusera, A tes avances qu’elle juge trop molles. Une fois les ouvrières évanouies, Seuls au monde nous ouvrirons le bal, Désinhibés de nos amours enfouis, Tu me serviras ta gelée royale. Myosotis https://www.atramenta.net/lire/questions...
    9 réponses · Il y a 1 mois
  • Quel titre lui donner?

    Meilleure réponse : Consulte donc la liste des poèmes de Rimbaud, tu devrais trouver.

    http://www.mag4.net/Rimbaud/Poesie.html
    Meilleure réponse : Consulte donc la liste des poèmes de Rimbaud, tu devrais trouver.

    http://www.mag4.net/Rimbaud/Poesie.html
    6 réponses · Il y a 1 mois
  • Ca date de quelle époque "a la claire fontaine" ?

    Meilleure réponse : l'instant poésie ? ^^ .. merci ! mais bond'là étant donné la chaleur actuelle, rien que lire donne chaud.

    Ca va ? tu ne peines pas trop toi ? ça doit être pire chez toi. Ici 31° ...
    Meilleure réponse : l'instant poésie ? ^^ .. merci ! mais bond'là étant donné la chaleur actuelle, rien que lire donne chaud.

    Ca va ? tu ne peines pas trop toi ? ça doit être pire chez toi. Ici 31° ...
    9 réponses · Il y a 1 mois
  • Lirez vous mon premier roman autobiographique qui sortira le 1er aout 2018 aux ed. Gallimard ?

    Meilleure réponse : enfantin mais ça se lit
    Meilleure réponse : enfantin mais ça se lit
    4 réponses · Il y a 1 mois
  • Que pensez vous de cette théorie : La douceur n'est pas un signe de faiblesse ou un manque de force intérieure.?

    Que pensez vous de cette théorie : La douceur n'est pas un signe de faiblesse ou un manque de force intérieure.?

    :~:~:~: Un soir Celui qui me lira, dans les siècles, un soir, Troublant mes vers, sous leur sommeil ou sous leur cendre, Et ranimant leur sens lointain pour mieux comprendre Comment ceux d’aujourd’hui s’étaient armés d’espoir, Qu’il sache, avec quel violent élan, ma joie S’est, à travers les cris, les révoltes,... afficher plus
    :~:~:~: Un soir Celui qui me lira, dans les siècles, un soir, Troublant mes vers, sous leur sommeil ou sous leur cendre, Et ranimant leur sens lointain pour mieux comprendre Comment ceux d’aujourd’hui s’étaient armés d’espoir, Qu’il sache, avec quel violent élan, ma joie S’est, à travers les cris, les révoltes, les pleurs, Ruée au combat fier et mâle des douleurs, Pour en tirer l’amour, comme on conquiert sa proie. J’aime mes yeux fiévreux, ma cervelle, mes nerfs, Le sang dont vit mon cœur, le cœur dont vit mon torse ; J’aime l’homme et le monde et j’adore la force Que donne et prend ma force à l’homme et l’univers. Car vivre, c’est prendre et donner avec liesse. Mes pairs, ce sont ceux-là qui s’exaltent autant Que je me sens moi-même avide et haletant Devant la vie intense et sa rouge sagesse. Heures de chute ou de grandeur ! — tout se confond Et se transforme en ce brasier qu’est l’existence ; Seul importe que le désir reste en partance, Jusqu’à la mort, devant l’éveil des horizons. Celui qui trouve est un cerveau qui communie Avec la fourmillante et large humanité. L’esprit plonge et s’enivre en pleine immensité ; Il faut aimer, pour découvrir avec génie.
    6 réponses · Il y a 1 mois
  • POURQUOI, TOUT LE MONDE VEUT TUER LES MOUSTIQUES..?

    Meilleure réponse : Je donne mon sang à QUI je veux! ^^
    Meilleure réponse : Je donne mon sang à QUI je veux! ^^
    7 réponses · Il y a 2 mois
  • On ne fait pas d'omelette sans casser d'E - et vous ..? écririez-vous... un texte voire un roman entier sans un millier d'œufs ?

    ::~:~:~:~: bien évidemment que oui ~..~ je vous fais confiance pour ça cela étant... avouez ... quelle contorsion verbale sans cette voyelle!! Sois soumis, mon chagrin Sois soumis, mon chagrin, puis dans ton coin sois sourd. Tu la voulais la nuit, la voilà, la voici : Un air tout obscurci a chu sur nos... afficher plus
    ::~:~:~:~: bien évidemment que oui ~..~ je vous fais confiance pour ça cela étant... avouez ... quelle contorsion verbale sans cette voyelle!! Sois soumis, mon chagrin Sois soumis, mon chagrin, puis dans ton coin sois sourd. Tu la voulais la nuit, la voilà, la voici : Un air tout obscurci a chu sur nos faubourgs, Ici portant la paix, là-bas donnant souci. Tandis qu'un vil magma d'humains, oh, trop banals, Sous l'aiguillon Plaisir, guillotin sans amour, Va puisant son poison aux puants carnavals, Mon chagrin, saisis-moi la main; là, pour toujours, Loin d'ici. Vois s'offrir sur un balcon d'oubli, Aux habits pourrissants, nos ans qui sont partis; Surgir du fond marin un guignon souriant; Apollon moribond s'assoupir sous un arc, Puis ainsi qu'un drap noir traînant au clair ponant, Ouïs, Amour, ouïs la Nuit qui sourd du parc. Georges Perec (1936 -1982 à 45 ans) je vous souhaite un agréable week end - et vive les E - qu'ils ne disparaissent jamais tout à fait... ou alors juste pour rire... car sans eux que deviendrait cette belle langue de Molière ?
    11 réponses · Il y a 2 mois
  • Ca vous dit un petit poème à la gloire de l'équipe de France de foot ?

    Meilleure réponse : Merci pour eux, très beau match contre le Pérou, continuons à les encourager !
    Meilleure réponse : Merci pour eux, très beau match contre le Pérou, continuons à les encourager !
    6 réponses · Il y a 2 mois
  • Pourquoi lorsque la lune apparaît au ciel, sa beauté éclipse toutes les étoiles ?

    Meilleure réponse : C'est l'effet d'un mirage, la proximité d'un éclairage rend inutile toute autre illumination éloignée. Ce qui est plus proche comme source de bonheur rend à l'âme une exaltation d'accomplissement dans l’immédiate. C'est normal, car en nous on a aussi une étoile, un soleil qui... afficher plus
    Meilleure réponse : C'est l'effet d'un mirage, la proximité d'un éclairage rend inutile toute autre illumination éloignée. Ce qui est plus proche comme source de bonheur rend à l'âme une exaltation d'accomplissement dans l’immédiate. C'est normal, car en nous on a aussi une étoile, un soleil qui n'attend que s'exalter... :)
    7 réponses · Il y a 2 mois
  • Que pensez vous de la Vulnérabilité - d'après vous faut-il l'anesthésier voire l'annihiler?

    Que pensez vous de la Vulnérabilité - d'après vous faut-il l'anesthésier voire l'annihiler?

    :~:~:~: la Force de la Porcelaine Je cours et je tombe… me casse et m’affole, Pareille à cette porcelaine si fine et transparente Que brise la violence du choc en atteignant le sol, Frêle et vulnérable, me jetant dans la tourmente Chaque fêlure même éphémère, meurtrit ma chair Et l’angoisse dans mon sein... afficher plus
    :~:~:~: la Force de la Porcelaine Je cours et je tombe… me casse et m’affole, Pareille à cette porcelaine si fine et transparente Que brise la violence du choc en atteignant le sol, Frêle et vulnérable, me jetant dans la tourmente Chaque fêlure même éphémère, meurtrit ma chair Et l’angoisse dans mon sein face à cette déveine Crispe mon cœur de jade aux constantes si chères Mon sang coule plus rapide dans mes veines… Je me relève étourdie… secouée de frissons… Rassemblant mes morceaux… les donner à souder… Ou me retirer du monde loin des discussions ? Quel dilemme… m’obligeant à barouder ! J’ai peur et je tremble… gémis et je pleure Cette précarité me déstabilise et m’émeut.. Repue de fatigue et de fièvre, je me leurre Hélas, oui… mes espoirs sont si nombreux ! cherchant quelques forces dans ma faiblesse Mes gestes doivent reprendre leurs fonctions. Sans plainte pour ne pas faire fuir la sagesse… Abandonnant ma retraite et séchant ma sudation Ô toi, mon âme.. Quels secrets portes-tu encor ? Quelles ombres planent éloignant la guérison Pour qu’aucun dictame ne puisse soulager ce corps ? Dis-moi quelle atonie t’emmure dans cette prison ? Je crie et m‘écrie … me bats et me débats Qu’Est-ce qui fait des effets si contradictoires ? Me sentant perdue ayant longtemps porté un bât Fragile mais libérée ne devrai-je pas chanter « Victoire !» ? Copyright © Riha de Jade passez une excellente fin de semaine
    8 réponses · Il y a 2 mois
  • Que pensez vous de ma nouvelle chanson ?

    Meilleure réponse : Ah, tiens, ça commence à se couvrir chez moi, on dirait qu'il va pleuvoir tout à coup...
    Meilleure réponse : Ah, tiens, ça commence à se couvrir chez moi, on dirait qu'il va pleuvoir tout à coup...
    10 réponses · Il y a 2 mois
  • Je cherche à comprendre cette poèsie?

    Meilleure réponse : Mon interprétation est: Il s'adresse à Dieu et lui dit que ce n'est pas parce qu'il ne Le prie pas (le collier est le chapelet et la succession de prières multi-quotidiennes chez les musulmans) et qu'il est un hypocrite et il reconnait sa condition de pécheur. Il espère cependant en la miséricorde... afficher plus
    Meilleure réponse : Mon interprétation est:
    Il s'adresse à Dieu et lui dit que ce n'est pas parce qu'il ne Le prie pas (le collier est le chapelet et la succession de prières multi-quotidiennes chez les musulmans) et qu'il est un hypocrite et il reconnait sa condition de pécheur.
    Il espère cependant en la miséricorde divine car il n'a jamais professé que l'unicité de Dieu au contraire du Manichéisme et du Zoroastrisme(religions répandues en Perse avant l'arrivée de l'Islam).
    7 réponses · Il y a 2 mois