• Pourquoi et comment les gènes mutent ?...?

    Pourquoi et comment les gènes mutent ?...?

    Meilleure réponse : Cette question est encore sur les tables d' études des généticiens qui sont très loin d' en avoir maitrisé toutes les arcanes... Énormément de créneaux s' ouvrent devant eux ... et seuls quelques uns ont été à peine explorés... Les mutations peuvent avoir différentes origines qui sont très loin d'... afficher plus
    Meilleure réponse : Cette question est encore sur les tables d' études des généticiens qui sont très loin d' en avoir maitrisé toutes les arcanes...
    Énormément de créneaux s' ouvrent devant eux ... et seuls quelques uns ont été à peine explorés...

    Les mutations peuvent avoir différentes origines qui sont très loin d' être toutes connues...

    Il y a des mutations naturelles dues aux hasard des mélanges de chromosomes lors des fécondations... mais ce cas porte rarement des fruits pour 2 raisons.
    La première est que peu de mutations de ces types sont viables et se terminent souvent par ce que nous appelons des "fausses couches".
    La deuxième est que pour qu'une mutation se perpétue dans des univers sexués... il est nécessaire que les 2 partenaires soient atteints du même type de mutation ... ce qui dans les probabilités des phénomènes liés aux hasards frisent le zéro quasi absolu.

    Un autre phénomène peut entrainer des mutations ...>>> Des rayonnements particuliers ... comme des ondes électromagnétiques .... radioactives ... ou cosmiques ... qui peuvent altérer ou modifier les structures des ADN....

    Un autre phénomène peut encore produire de tels effets... >>> Certains virus ... car les virus pour survivre modifient les ADN de ses hôtes pour que ceux-ci produisent ce qu'ils sont incapables de produire pour survivre....et se multiplier...
    Beaucoup de recherches génétiques utilisent cette caractéristique des virus pour modifier des ADN existants et créer des nouvelles espèces.... en utilisant des virus modifiés comme scalpel ... et support d'un nouveau gène.

    Il existe encore d' autres voies ... mais pas courues par les scientifiques actuels car trop ésotériques....
    Les effets "Placebo" utilisés dans les expérimentations en "Double-aveugle" pour vérifier les réelles efficacités des nouveaux médicaments montrent de manière incontestable que les psychismes possèdent des réels effets sur les activités cellulaires...
    Par là ... nos climats psychiques seraient capables d' entraîner des mutations génétiques ... traçant ainsi une boucle ... ou la matière agit sur l' esprit ... mais aussi ... l' esprit agissant sur la matière...

    Sans compter que nous possédons beaucoup de gènes "dormants" c' est à dire inactifs... mais qui peuvent être rendu actifs par certaines attitudes psychiques et à ce moment l' individu semble paraître un "Mutant" de par l' apparition de certaines capacités normalement endormies ... alors que cette personne n' est absolument pas une "Mutante".....

    Note:
    Votre photo ne montre pas une mutation génétique .... mais le résultat d' une coloration capillaire... les mamans africaines aiment aussi grimer leurs enfants... et cela donne des résultats souvent très plaisants...
    4 réponses · Il y a 2 jours
  • Pourquoi la consanguinité et un souci ? je perle sur le point de vu biologique, génétique et tout ça?

    Meilleure réponse : En ce qui concerne la consanguinité, le problème est que nous portons tous des gènes "négatifs" nous exposant à diverses "tares" génétiques. En temps normal, du fait du brassage génétique, ces gènes ne s'expriment que rarement car ils ne sont pas "dominants". Dans le cas de la... afficher plus
    Meilleure réponse : En ce qui concerne la consanguinité, le problème est que nous portons tous des gènes "négatifs" nous exposant à diverses "tares" génétiques. En temps normal, du fait du brassage génétique, ces gènes ne s'expriment que rarement car ils ne sont pas "dominants". Dans le cas de la consanguinité, il vont se transmettre aux deux parents. Et de ce fait ils pourront "s'exprimer", c'est à dire faire apparaitre la "tare" correspondante.

    Dans le cas du clonage, le clone a exactement le même profil génétique que "l'original". De ce fait il y a peu de risque génétique. Par contre, du fait de l'absence de brassage génétique cela va limiter les possibilités d'évolutions. Seules celles liées à des mutations pourront en effet modifier le profil génétique. De ce fait la population sera bien plus fragile. En effet si "l'original" porte un gène le rendant plus sensible que les autres à une maladie donnée, quand celle-ci est présente elle décimera aussi tout ces clones.
    4 réponses · Il y a 2 semaines
  • Pourquoi le vieil homme est fertile, tandis que la vieille femme est stérile?

    Meilleure réponse : On peut imaginer le modèle suivant de communauté ancestrale : avant tout un groupe constitué autour des femmes et enfants. Avec le groupe il y des hommes, mais souvent ceux-ci partent au loin à l'aventure, pour chasser par exemple. Le groupe des femmes, qui doit de toute façon s'occuper des jeunes... afficher plus
    Meilleure réponse : On peut imaginer le modèle suivant de communauté ancestrale : avant tout un groupe constitué autour des femmes et enfants.

    Avec le groupe il y des hommes, mais souvent ceux-ci partent au loin à l'aventure, pour chasser par exemple. Le groupe des femmes, qui doit de toute façon s'occuper des jeunes enfants, est plus stable géographiquement.

    Pour fixer les idées imaginons un port, où les hommes partent en bateau. Si les hommes reviennent et que les femmes et enfants sont morts, c'est la mort de la communauté. Si les bateaux coulent, la communauté existe toujours.

    Le fait que les hommes âgés soit restés à terre peut aider à repeupler cette communauté où les hommes ont disparu, car ils sont toujours fertiles. Le fait qu'il reste des hommes et des femmes âgés aident également à gérer la situation et à s'occuper des enfants.

    Si les femmes âgées pouvaient avoir des enfants, elle ne pourrait plus fournir la même aide à la communauté, et comme elles ont plus de chance de mourir bientôt, elles pourraient laisser plus d'enfants en bas âge sans mère à la charge des autres.

    Le fait que les femmes deviennent stériles après un certain âge permettrait d'avoir juste la bonne taille de communauté.
    5 réponses · Il y a 3 semaines
  • ► Auriez des exemples ou la nature ruse , ou elle utilise toutes formes de ruses ?

    Meilleure réponse : Tu parles de la ruse de quelle nature ? De la ruse de la nature humaine ou de la ruse de la nature au sens large que l'on pourrait différencier de la première...?..de la nature énergie innocente, inconsciente, pulsion et expression de vie et de mort, de la nature des arbres, des animaux de la planète et de... afficher plus
    Meilleure réponse : Tu parles de la ruse de quelle nature ?
    De la ruse de la nature humaine ou de la ruse de la nature au sens large que l'on pourrait différencier de la première...?..de la nature énergie innocente, inconsciente, pulsion et expression de vie et de mort, de la nature des arbres, des animaux de la planète et de l'univers... ou de la ruse de l'homme "immanent" bref de la ruse en soi !😉
    10 réponses · Il y a 1 mois
  • Neurones miroirs, lecture des signes corporels et transmission des traumatismes des parents. Ok mais comment expliquer les rêves identiques?

    [140] [copie d'une question précédente en instance de disparition iminante manifestement, déplacée au mauvais endroit et sans pouvoir la déplacer.] Dans le documentaire d'Arte à ce sujet, plusieurs témoignages évoque les craintes, traumatismes similaires à ceux des parents transmis aux enfants sans que... afficher plus
    [140] [copie d'une question précédente en instance de disparition iminante manifestement, déplacée au mauvais endroit et sans pouvoir la déplacer.] Dans le documentaire d'Arte à ce sujet, plusieurs témoignages évoque les craintes, traumatismes similaires à ceux des parents transmis aux enfants sans que ceux-ci n'aient vécus ces situations. Cela va même jusqu'à plusieurs rêves ou réactions qui les mettent dans des situation qu'on vécu les parents, comme et enfant de quatre ans obnubilé par l'idée de se protéger sous un pont en pierres sans eau y coulant, situation vécue par ses parents durant la guerre. Comment-peut-on expliquer cela ? Comment même l'épigénétique pourrait-elle transmettre un RÊVE, soit des idées, des informations. https://www.arte.tv/fr/videos/071389-000...
    5 réponses · Il y a 1 mois
  • Pourquoi quand on vomi, il y a des centaines de points blancs qui clignotent dans les yeux?

    Meilleure réponse : circulation sang ralentie
    Meilleure réponse : circulation sang ralentie
    5 réponses · Il y a 1 mois
  • Combien y a-t-il d'espèces différentes de climato-sceptiques ?

    Meilleure réponse : On peut distinguer : - le sceptique « canal historique », c'est l'ancêtre, le sceptique total (y a pas de réchauffement, voire même « on va vers une période glaciaire »), complètement fossilisé. Il y a encore des dinosaures... - le sceptique « canal habituel », celui qui essaie de se donner l'air de... afficher plus
    Meilleure réponse : On peut distinguer :

    - le sceptique « canal historique », c'est l'ancêtre, le sceptique total (y a pas de réchauffement, voire même « on va vers une période glaciaire »), complètement fossilisé.
    Il y a encore des dinosaures...

    - le sceptique « canal habituel », celui qui essaie de se donner l'air de réfléchir, qui admet le constat du réchauffement mais réfute son origine essentiellement anthropique (ça a toujours été comme ça, c'est des cycles.... Ça coûte pas cher). Il est fan de la science youtubesque et reste dans cette bulle.
    C'est la version autiste.

    - le sceptique « canal hystérique », celui qui cherche un peu partout des justifications à ses fondamentaux, en sélectionnant les sources en accord, en interprétant à sa façon ce qui n'est pas en accord, en voyant des contradictions dans ce qu'il a fait semblant de lire, en se réfugiant dans une projection névrotique sur ses contradicteurs (symptôme du cépamoi-cétoiki)...
    C'est la version psychotique.

    Mais un climatosceptique qui doute, ça je l'ai jamais vu !

    NB :
    Il y a une espèce particulière sur Y*h**, une sorte de croisement entre le troll et le mogwaï, dont il a hérité la faculté de se multiplier après la pluie, une variété donc massivement multicompte et passablement hystérique qui entend profiter à plein des facilités données généreusement par Y*h** aux trolls.
    Cette sous-espèce semble relever essentiellement de la 3eme catégorie, mais elle présente des traits de la 2eme et parfois des résurgences de la 1re.
    C'est compliqué, la génétique !

    .

    @olivier :
    Aux prévisions (on dit plutôt projections) du climat sont attachées des probabilités. Les climatologues ne sont pas "sceptiques" sur la méthode comme l'affirme la réponse anonyme (qu'il croit ;o), mais d'incertitude au sens mathématique sur les conclusions
    La couverture nuageuse est bien prise en compte, mais c'est un des facteurs dont l'évolution est la moins bien connue. De plus ils ont un double effet. Si comme il semble la couverture nuageuse devait augmenter, l'albedo d'un côté tendrait à refroidir alors que l'effet de serre de l'autre réchaufferait les nuits.
    "va savoir" comme dit @Horizon :o)

    @olivier et Saint Marc :
    La déforestation (des forêts primaires) n'a pratiquement pas d'incidence sur l'augmentation de l'effet de serre parce qu'une forêt ancienne produit autant de CO2 par respiration qu'elle en fixe par photosynthèse. Et même, elle produit de méthane, donc bilan pas fameux.
    Ce sont les cultures et les forêts jeunes et/ou entretenues qui sont des puits de carbone (temporaires). Cette déforestation est un problème purement écologique de destruction d'écosystèmes et donc d'espèces et rentre dans ce cadre plus général.
    Le problème, du seul point de vue climatique, c'est la désertification. Alors (re)boiser, cultiver, oui... mais attention, entre autres - aux ressources en eau ! Le CO2 n'est pas la seule "nourriture des plantes" comme voudrait le faire croire un poncif climatosceptique.

    ...

    La citation par "anonyme" d'une page titrée :"Peut-on avoir confiance dans les résultats de modèles imparfaits ?" m'amène à ce petit ajout :
    Citer une page dont il n'a à l'évidence lu que le titre lui permet d'affirmer en sous-entendu que comme "il y a des incertitudes, donc c'est faux !"
    Raisonnement simpliste pour climatologue de bistrot, totalement a-scientifique. C'est une de ces âneries que les "sceptiques" répètent en boucle et en l’occurrence une belle démonstration de l'art de se tirer une balle dans le pied !
    L'article explique en fait comment en cernant les incertitudes on peut, en termes de probabilité, estimer l'évolution probable du climat. Je cite :
    « Une première base de la confiance des scientifiques dans les projections du climat futur vient de la capacité des modèles à reproduire d’une part les processus fondamentaux de l’atmosphère et de l’océan (interaction des gaz avec le rayonnement, lois de conservation de la masse et de l’énergie…), et d’autre part les variations du climat passé. »
    Je n'aurais pas dit mieux.

    Les modèles étant améliorés au fil du temps et alimentés par une expérience plus longue, on se rend compte maintenant que les modèles plus anciens étaient en dessous de ce qui nous attend à la fin du siècle. Les 2°C encore visés « officiellement » (COP21) comme limite à ne pas dépasser on une probabilité de 95% à être dépassés. Les dernières projections convergent vers 3 à 3,5°C.
    Attachez vos ceintures !

    .

    @nonyme de mes deux, tu fais bien partie du "canal hystérique", tu distords, tu interprètes, tu mens (Nicorette, etc, etc) et tu le sais très bien.

    A la lumière, les arbres absorbent du CO2 et produisent de l'oxygène ; dans l'obscurité ils consomment de l'oxygène et relâchent du CO2. T'as pas ça dans les grands livres de ta bibliothèque ? C'est pourtant classique.
    Et puisqu'il faut répéter la messe pour les sourds, les forêts anciennes, avec la matière qui se décompose, arrivent à un BILAN de CO2 NUL et en plus dégagent du méthane.
    T'as encore trouvé une occasion de passer pour ce que tu es ! Belle démonstration.

    ... et tu étales ton syndrome du miroir. Ce n'est pas tellement quelques bases scientifiques qui te manquent, c'est un traitement psychiatrique.

    .

    AJOUT
    @2eme anonyme (Ce n'est pas parce qu'on critique..., etc) :

    Le vrai négationniste nie, en effet ce qui se heurte à sa « foi ». C'est assimilable à mon dinosaure « canal historique »
    Ce que tu appelles « sceptique », en gros ma désignation de « canal habituel », doute de la réalité du forçage anthropique et, en effet, ce n'est pas le prêt à penser caricatural de nombre de médias qui va l'inciter à chercher des sources de bonne vulgarisation scientifique. Les théories du complot sont tellement plus facile à comprendre que des travaux scientifiques même bien synthétisés. Alors la solution de facilité est là pour combler la paresse intellectuelle.
    Il arrive, par exemple, à rejeter la très forte corrélation entre le réchauffement ACTUEL et l'augmentation des GES anthropique au profit d'hypothèses qui peuvent avoir un air de vraisemblance mais ne présentent pas cette corrélation. Il prend finalement une attitude négationniste vis à vis des travaux de l'immense majorité des scientifiques concernés par l'étude du climat et se ramène à une distorsion des arguments fondés et vérifiables qu'on peut lui opposer. On a un bon exemple ici d'un habitué à cette attitude.

    Enfin ce que tu appelles « pragmatique » n'est pas du tout sceptique au sens de l'attitude climato-sceptique mais a l'attitude scientifique normale d'un scientifique : le questionnement.
    L'anonyme-troll de service s'emploie d'ailleurs à développer cette confusion en affirmant que les « réchauffistes » deviennent climatosceptiques parce qu'ils doutent ! Non, ils sont sceptiques tout court, ce qui amène à considérer le sujet sans a-priori dogmatique et faire le constat des faits scientifiquement établis.
    Le problème de ceux que tu appelles « pragmatiques », c'est, en voulant chercher des solutions pour limiter l'impact du réchauffement, d'écarter sa cause principale ! C'est à coup sûr le meilleur moyen pour être inefficace (prôner, pour fixer du carbone, des projets gigantesques de géoingénierie, par exemple).

    Le « réchauffiste », puisque tu adoptes ce terme méprisant, constate le réchauffement et sa cause principale actuelle (ça n'a pas toujours été comme ça, on n'est pas du tout à l'échelle de temps géologique des derniers grands cycles glaciaires/interglaciaires qui eux, sont bien corrélés aux cycles de Milankovitch).
    Cette cause principale actuelle de la rupture de l'équilibre thermique de la Terre est incontestablement dans l'augmentation de l'effet de serre (phénomène physique connu depuis un siècle). C'est un constat, ce sont les faits, il est vain de le nier.
    Le doute et la critique sont naturels et permanents. Les modèles sont évolutifs, prennent de plus en plus compte de phénomènes « locaux » comme les oscillations océaniques qui induisent une modulation de la tendance moyenne ; ils sont soumis à un calibrage sur les données du passé pour les valider et deviennent de plus en plus fiables.
    Mais bien sûr, « on n'est pas sûr à 100% (90% seulement !). Ils permettent cependant de faire des projections de plus en plus fiables à l'échelle décennale. Où est le dogme ? (je ne parle pas de vedettes médiatiques, mais du milieu scientifique).

    .
    8 réponses · Il y a 2 mois
  • Est ce qu on peut explorer son corp humain via une application ou autres choses ?

    Avec l avance technologique, il dois bien quelques choses ????
    Avec l avance technologique, il dois bien quelques choses ????
    8 réponses · Il y a 2 mois
  • Biologie: Quels sont les 4 besoins vitaux ?

    6 réponses · Il y a 2 mois
  • La vie est-elle vraiment rare ou facile à apparaître ?

    Meilleure réponse : Mais je t'en pris, pose ! :) Aujourd'hui on est plutôt dans le flou avec une tendance au foisonnement (pour les optimistes comme moi). Je 'explique : on n'a toujours aucune certitude mais les vieilles certitudes de notre caractère unique à travers l'Univers s'effondrent depuis une... afficher plus
    Meilleure réponse : Mais je t'en pris, pose ! :)

    Aujourd'hui on est plutôt dans le flou avec une tendance au foisonnement (pour les optimistes comme moi).

    Je 'explique : on n'a toujours aucune certitude mais les vieilles certitudes de notre caractère unique à travers l'Univers s'effondrent depuis une vingtaine d'année et la découverte sans cesse croissante d'exoplanètes de plus en plus similaires à la Terre.
    Le simple fait qu'il existe pratiquement un système planétaire autour de chaque étoile, même dans un système binaire (autour du couple alors) et qu'on trouve beaucoup de planètes telluriques parmi ces systèmes (dans la mesure des moyens d'observations), fait que les premières limitations que les partisans de l'unicité de la Terre dans l'Univers, qui étaient les plus nombreux et virulents avant 1997, ont littéralement sauté. Aujourd'hui la présence de vie ailleurs dans la Galaxie et à fortiori dans l'Univers est passé de pratiquement impossible à non impossible.
    Bien entendu la certitude ne sera assurée qu'avec une observation. Et encore, sur Mars il reste la possibilité d'une origine commune avec la vie sur Terre (météorites de Mars ayant ensemencé la Terre), donc la découverte la plus importante sera celle par exemple d'oxygène dans l'atmosphère d'une exoplanète (objectif des 20 prochaines années).

    Néanmoins ce premier succès dans le rejet des hypothèses réductrices du point de vue de l'unicité, conjointement avec les lois universelles de la physique donc de la chimie et l'observation des capacité sur Terre de la vie à s'adapter à des environnements divers et surtout très difficiles laissent penser que la vie est un phénomène commun dès lors que les conditions physico-chimiques le permettent, à moins vraiment qu'il n'y ait une condition très restrictive qu'on n'a pas encore identifiée.

    Cela n'empêche pas une restriction essentielle : ces conditions sont-elles courantes ou rares ? D'ailleurs, on ne les a pas encore toutes identifiées.
    Un milieu liquide, ce n'est finalement pas si rare ; pas nécessaire d'avoir une surface océanique comme sur Terre, la chaleur et pression en profondeur peuvent permettre de l'obtenir, voire le froid intense si on part sur des océans de méthane. Et comme tu le précisait, la vie se développe sur les dorsales océanes à partir de composés soufrés plutôt que de la photosynthèse (mais là, pas de dioxygène généré donc à observer !).

    Je vais conclure sur une réflexion que j'aime bien car elle remet la théorie dans le champ du réel et de l'observation : un phénomène qui est (très) probable fini par être réalisé et observé. Alors si un phénomène est observé, peut-il être improbable ? Dit autrement, la probabilité qu'un phénomène observé soit improbable plutôt que probable est-elle elle-même probable ou improbable ?
    Le bon sens (et les proba ou du moins les proba adaptées au monde physique) dit que la réciproque (" probable => vu, improbable => non vu ") est vraie (vu => probable, non vu => improbable). Donc si nous existons, c'est que c'était probable (dans les bonnes conditions).
    4 réponses · Il y a 2 mois
  • Pourquoi quand on s’énerve ça donne chaud?

    Meilleure réponse : Modification de l'activité métabolique en réponse à une situation de stress pour mobiliser le potentiel de réaction. Ça peut donner aussi la chiasse pour délester la bête … La modification du métabolisme augmente la production de chaleur, qui est avantageusement évacuée par la chaleur latente d'évaporation... afficher plus
    Meilleure réponse : Modification de l'activité métabolique en réponse à une situation de stress pour mobiliser le potentiel de réaction.
    Ça peut donner aussi la chiasse pour délester la bête …
    La modification du métabolisme augmente la production de chaleur, qui est avantageusement évacuée par la chaleur latente d'évaporation de la sueur (540 calories par grammes, soit 2,46 kilojoules par gramme d'eau évaporée).
    La température augmente, et la sudation aussi.
    7 réponses · Il y a 2 mois
  • Les bruns aux yeux marrons ont-ils plus de gènes de négros en eux que les blancs aux yeux bleus?

    Meilleure réponse : Il peut probablement y avoir une petite corrélation, très faible mais non nulle, puisque sur Terre la couleur de peau est distribuée selon un continuum (sans "races") : être brun est clairement corrélé avec le fait d'avoir des origines plus sud-européennes, qui ont eu plus de contact avec le monde... afficher plus
    Meilleure réponse : Il peut probablement y avoir une petite corrélation, très faible mais non nulle, puisque sur Terre la couleur de peau est distribuée selon un continuum (sans "races") : être brun est clairement corrélé avec le fait d'avoir des origines plus sud-européennes, qui ont eu plus de contact avec le monde musulman que n'en ont eu les barbares aux crinières blondes, ces musulmans ayant eux-même eu pas mal de contact avec des noirs (Mali, Soudan, Ethiopie, Zanzibar, ... )

    "corrélation" voudrait dire que ça serait vrai en moyenne, mais pas forcément individu par individu (et ceci serait bien sûr faux)
    6 réponses · Il y a 3 mois
  • Quand un homme fait des vas et viens (avec son bassin) pendant l'amour, c'est quel muscle qui travaille?

    Meilleure réponse : Ca dépend comment tu fais tes vas-et-viens, mais je dirais que les principaux muscles sont plutôt les abdos, suivis des fessiers, et enfin les ischios-jambiers. Comme la plupart des mouvements "athlétiques" ou "fonctionnels", c'est de toute façon un mouvement profondément poly-articulaire,... afficher plus
    Meilleure réponse : Ca dépend comment tu fais tes vas-et-viens, mais je dirais que les principaux muscles sont plutôt les abdos, suivis des fessiers, et enfin les ischios-jambiers.
    Comme la plupart des mouvements "athlétiques" ou "fonctionnels", c'est de toute façon un mouvement profondément poly-articulaire, qui use la quasi-totalité de nos muscles à un degré ou un autre.
    5 réponses · Il y a 3 mois