• L'évolution des espèces peut-elle dépendre des avancées technologiques ?

    Meilleure réponse : Darwin l'aurait imaginé avec des exemples de son temps. L'évolution naturelle était déjà arrêtée en son temps. Je vous fais remarquer d'abord que vous parlez d'évolution extrèmement courte, et que l'évolution, si elle devait se faire là dessus, prendrait bien plus de temps. Vous dites... afficher plus
    Meilleure réponse : Darwin l'aurait imaginé avec des exemples de son temps. L'évolution naturelle était déjà arrêtée en son temps.

    Je vous fais remarquer d'abord que vous parlez d'évolution extrèmement courte, et que l'évolution, si elle devait se faire là dessus, prendrait bien plus de temps. Vous dites "autrefois on retenait 10 numéros de téléphones, aujourd'hui, non".
    Mais si on doit parler en termes générationnels là dessus, c'est trop rapide : vos gamins ne retiennent pas de numéros de téléphone, parce qu'ils ont tous les numéros dans leur carnet de 300 contacts. Vous reteniez 10 numéros. Et vos parents ne retenaient pas de numéros, parce qu'ils n'avaient pas le téléphone.

    La génération qui a retenu 10 numéros de téléphone est une exception, qui n'a duré que quelques décennies. Une parenthèse, qui n'aurait pas pu avoir le moindre effet évolutif, même si retenir des numéros de téléphone avait été un avantage évolutif.
    Un avantage évolutif doit exister pendant des milliers d'années au bas mot pour influencer l'évolution naturelle de l'être humain.

    Donc ce que vous appelez les avancées technologiques (smartphones etc) changent bien trop vite.
    Il y a des congniticiens, qui, très sérieusement, disent que internet change la structure de notre cerveau. Et qui disent d'ailleurs que ce n'est même pas forcément une mauvaise nouvelle (pour caricaturer, on échange mémoire contre capacité cognitive. Culture contre intelligence). Mais ce n'est pas de l'évolution naturelle. C'est juste de l'apprentissage. Exactement comme un gamin plongé dans un environnement multilingue développera sa capacité à apprendre les langues. Sans que ça signifie quoi que ce soit pour les capacités de ses propres enfants.


    Donc, non, ça va trop vite pour l'évolution.


    Et ça, c'était le premier élément de ma réponse, qui commençait par "si ça constituait un avantage évolutif".

    Mais il y a le 2e élément : ça n'est pas un avantage évolutif (la technologie ne change pas les capacités qui sont un avantage évolutif, pour être précis).
    Retenir des numéros de téléphones, par exemple, même si l'ère des téléphones à cadran avait duré 10.000 ans au lieu de 50, n'aurait pas été un avantage évolutif.
    On n'a pas plus de chance de survie parce qu'on sait retenir des numéros de téléphones.
    On pourrait débattre des chances de reproduction. Mais en réalité, celui qui ne sait pas retenir un numéro se débrouillera quand même pour noter les numéros dont il a besoin pour ses opportunités de reproduction...


    En fait si la technologie, et, plus précisément, la civilisation et la science, ont un effet sur l'évolution, c'est plutôt en la stoppant.
    Je sais que c'est difficile de juger de l'intérieur (c'est difficile d'avoir maintenant le recul nécessaire pour savoir si on est en train d'évoluer). Mais enfin, l'évolution fonctionnait par sélection des plus aptes. Donc ceux qui ont des capacités innées leur permettant d'échapper aux prédateurs ou aux maladies survivent et transmettent leur capacités.
    Le problème, c'est que de nos jours, c'est devenu anecdotique les prédateurs et les maladies. Ne vous méprenez pas : il y a encore des tas de maladies (moins de prédateurs) incurables. On finit même tous par mourir de l'une d'elles (même si passé un certain âge on cesse de mentionner la maladie pour dire "de vieillesse", c'est quand même une maladie qui emporte les vieux). Seulement, du point de vue de l'évolution, ce qui vous arrive après 40 ans importe assez peu. Après 40 ans, vous avez transmis vos gènes, votre rôle sur la terre est terminé du point de vue évolutif. Le reste c'est du bonus perso. Mais on n'était pas tellement prévu pour vivre plus vieux. Donc les maladies qui vous tuent après 40 ans n'ont aucune raison de disparaitre. L'évolution n'a rien à gagner à s'en débarasser (j'ai une maladie génétique qui réduit mon espérance de vie. Mais ne la réduit qu'à environ 65 ans. Et encore, chez ceux chez qui elle n'est pas surveillée. L'évolution ne se débarassera jamais de cette maladie. Pourtant elle est génétique. C'est le plus simple à virer. Et elle est assez répandue - c'est la maladie génétique la plus répandue. Mais bon, il n'y a aucun avantage évolutif à la supprimer. Donc ça restera comme les blonds ou les gens aux yeux bleus : il y en aura toujours une minorité, mais il y en aura toujours)

    Et les maladies qui tuent avant 40 ans, il y en a aussi, sont devenues trop rares. Je sais de quel cynisme j'ai l'air de faire preuve, mais c'est une réalité : si socialement, chaque mort d'un enfant est un drame, du point de vue évolutif, maintenant qu'il y en a si peu, c'est juste un pourcentage de perte acceptable. Comme les 7% de perte de l'armée quoi: en dessous de ce seuil, pas la peine de faire des efforts pour diminuer le taux.
    Or, dans les pays développés du moins, c'est le pont sur lequel les progrès de la médecine sont les plus spectaculaires (l'essentiel de l'espérance de vie qu'on a gagné vient de là d'ailleurs) : la mortalité infantile est passé d'une certaine banalité (regardez les arbres généalogiques d'il y a seulement 100 ans ; les familles avec 7 enfants dont 4 ayant survécu, c'était assez banal), à une rareté dramatique (si vous croyez que nous avons vraiment gagné 30 ou 40 ans d'espérance de vie par rapport à nos arrières grands parents, vous vous trompiez : c'est l'espérance de vie à la naissance qui a bondi. Mais en réalité, si on regardait l'espérance de vie à 15 ans, cad de ceux qui ont survécu à l'enfance, elle n'a pas évolué si spectaculairement. La moyenne était tirée par le bas par les morts à 2 ans. Elle ne l'est plus)

    Donc de nos jours, on ne voit plus bien quel avantage évolutif l'évolution pourrait bien installer : un avantage évolutif c'est ce qui permet d'avoir plus de chance de survivre jusqu'à ses 40 ans, et le taux de gens qui ne le font pas déjà est devenu trop petit pour laisser une mage significative à un avantage évolutif

    (Certes, si quelques épidémies comme Ebola se généralisent, quelques hécatombes pourraient encore doter nos descendants - du moins les rares d'entre eux qui ont survécu - de la capacité de résiter à Ebola)


    Il reste la capacité de reproduction. Mais là, je vous ramène à Idiocracy. Même si c'est une comédie potache, elle met quand même le doigt sur un autre fait: c'est pas forcément les plus "évolués" qui se reproduisent le plus.


    Bref : dans un monde où on ne meurt presque plus avant 40 ans, et où la capacité à se reproduire ne semble pas tellement obéir à des règles d'évolution, il n'y a plus d'évolution, pas même du fait de la technologie.
    14 réponses · Il y a 3 semaines
  • Le "professeur émérite" François Gervais, adulé par les "climatosceptiques", est-il un âne prêchant pour des ânes ? Voulez-vous un exemple ?

    Meilleure réponse : Il n'est plus professeur émérite. Il l'a été. Et comme tu le rappelles, ce n'est que le titre qu'on donne à des professeurs qui ont pris leur retraite, mais continuent, temporairement, d'avoir le droit d'encadrer leur thésards, et de publier en se réclamant de leur laboratoire. Ça ne veut... afficher plus
    Meilleure réponse : Il n'est plus professeur émérite. Il l'a été. Et comme tu le rappelles, ce n'est que le titre qu'on donne à des professeurs qui ont pris leur retraite, mais continuent, temporairement, d'avoir le droit d'encadrer leur thésards, et de publier en se réclamant de leur laboratoire.

    Ça ne veut pas dire "professeur 'qui a du mérite'". C'est juste une question pratique : difficile de partir à la retraite en plaquant tout, quand on a des thésards, et que la date de la soutenance ne colle pas forcément avec la date où on a collectionné tous ses points retraite et autres trimestres.

    Tout le monde n'a pas l'éméritat, cela dit. Il faut faire une demande, et c'est seulement si c'est justifié par la situation (il y a vraiment une thèse ou des travaux en cours qui seraient mis en danger par le départ du professeur ; une publi à terminer qui sera signée en tant que "professeur émérite")
    Les glandus en général n'ont pas l'éméritat. Car ils ne sont pas, proche de leur retraite, en train de travailler sur un travail de longue haleine qui ne sera pas terminé avant leur départ. Et qu'on ne leur demande pas d'encadrer des thésards peu de temps avant leur départ.
    D'où le fait qu'il y a quand même une légère corrélation entre l'éméritat et le niveau. Corrélation correspondant plus à un nivellement par le bas que par le haut (ce n'est pas qu'il n'y a que les meilleurs qui ont l'éméritat ; c'est plutôt qu'il n'y a que les pires qui ne l'ont pas - encore que c'est compliqué par le fait que la plupart des gens s'organisent comme il faut pour ne simplement pas avoir à le demander). Parce qu'un labo n'a qu'assez peu de raison de refuser un chercheur gratuit. Sauf vraiment si ce chercheur est un glandu et risque de décrédibiliser le labo (pour faire une analogie, quand j'ai quitté mon poste dans le public, j'ai gardé, et j'ai toujours, le titre de "chercheur associé" du labo. Qui me permet de signer des publis en me réclamant du labo. Ça ne coûte rien au labo. Il aurait vraiment fallu que je sois un glandu de première pour que le labo refuse un chercheur gratuit. Ça ne peut que gonfler les stats de publis : si je ne publi rien, c'est pas grave, puisque je ne compte pas dans les effectifs. Et si je publie, bingo, ça gonfle quand même le ratio "publis par chercheur")



    Donc, ce titre ne prouve rien, mais il n'est pas négatif, et est même plutôt bon signe sur la qualité du bonhomme.
    Seulement le bonhomme n'entrave que dalle au climat, à la météo et à la biologie. Il a arrêté d'étuder cela au bac comme tout le monde. Donc, ça vaut autant que s'il disait "je suis quand même champion du monde de karaté". C'est très bien d'être champion du monde de karaté. J'en suis bien incapable. Mais ça ne fait pas de lui une autorité en climatologie.




    Quant aux questions précises elles mêmes :
    1) Comment peut-il dire que le co2 est la nourriture des plantes : oh, ça c'est simple ; parce que c'est le cas.
    Mais et alors ?
    On aimerait bien habiter sur une planète qui n'est pas vivable que pour les plantes quand même.

    A une époque il y avait beaucoup plus de CO2. Et les plantes étaient super heureuses en effet. Il n'y avait que cela partout sur la planète. C'était leur âge d'or. Seulement la vie animale, elle, ne pouvait pas exister.
    Le cycle du CO2 a fonctionné comme cela pépère pendant un milliard d'années: le CO2 de l'atomosphère est capturé par les plantes, qui en font de la biomasse (du bois, des feuilles, etc). La plante crève, se décompose, et le CO2 retourne dans l'atmosphère.

    De temps en temps, un accident exceptionnel perturbait ce cycle pépère. Un incendie de forêt consumme le bois (et donc le CO2 se retrouve dans l'atmosphère), mais ne le consumme que partiellement (peut-être qu'il a plus, je ne sais pas), ce qui fabrique du charbon. Qui est imangeable par les bactéries. Et donc ce bois brûlé là sort du cycle. Il n'est ni dans l'atmosphère, ni dans du bois vivant. Et donc quand ça arrive, les nouvelles plantes qui remplacent les mortes capturent du CO2 dans l'atmosphère qui n'est pas totalement compensé par de la décomposition de plantes mortes.

    A d'autres moments de la biomasse peut se faire capturer par une coulée de sédiments, de lave, etc.

    Bref, il y a des accidents, qui font que des cadavres de plante, au lieu de retourner dans l'atmosphère, se font "fossiliser".

    Et au bout de quelques milliards d'années de ces petits accidents, de pouièmes en pouèmes (des pouièmes par an, c'est pas beaucoup. Mais multiplié par quelques milliards d'années, ça commence à compter) il y a tellement de carbon qui s'est fait fossilier, que les plantes ont finit par bouffer tout le CO2 de l'atmosphère. Elles n'en ont pas crevé. Il en reste encore un peu. Assez pour entretenir le cycle. Mais l'atmosphère est maintenant chargée en oxygène (qui, autrefois était rarissime), et n'a plus de stock de CO2. Juste le fond de roulement du cycle habituel du carbone. Donc la fête du slip, c'est terminé pour les plantes.
    Ce qui a permis l'existence d'une vie animale avec qui elles doievent partager la planète. Et on en est plutôt content.

    Sauf qu'on a trouvé malin de défaire ce que des milliards d'années de fossilisation a fait. En allant repêcher toute cette biomasse fossilisée pendant des millions d'années, et la cramer. Et donc remettre ce carbone dans l'atmosphère.

    Donc, oui, bien sûr, c'est une bonne nouvelle pour les plantes, le retour au temps d'abondance. Mais pas pour nous. Lors de ces temps d'abondance, nous n'existions pas, parce que toute vie animale évoluée était impossible.


    2) Comment la photosynthèse réduit le stress hydrique ? C'est assez simple aussi. Le problème de l'eau n'est en général pas un problème de quantité globale. Mais de capacité à la garder un peu.
    Mettez 20% de CO2 dans l'atmosphère, et la végétation sera beaucoup plus luxuriante. Et là où il y a de la végétation, il y a plus d'eau capturée.

    Pour caricaturer, ça serait plus facile de faire pousser des lichens et autres cactus dans le Sahara s'il y avait 20% de CO2. Et s'il y avait des lichens et autres cactus dans le Sahara, les rares précipitations ne s'y évaporeraient pas immédiatement en touchant le sable. Etc.

    Mais bon, là aussi, ça ferait une belle jambe aux bédouins, puisqu'il ne pourrait exister de bédouins, ni de chameaux, ni même de scorpion.



    L'argument classique de ces gens (lui compris ; c'est le titre de son seul article notable) c'est "le CO2 imputable à l'homme correspond à une proportion négligeable du CO2 total". Ce qui est parfaitement exact, du moins en comptant avec une absolue mauvaise foi.
    Mais c'est exactement aussi stupide que de dire, quand la mer aura monté de 20 mètres : "le niveau d'eau imputable à l'homme est négligeable devant le total". Ce sera exact aussi. La fosse des Mariannes fait 11304 mètres de profondeur. Si on ajoute 20 mètres à cause de l'activité humaine, la profondeur de l'océan n'aura donc presque pas bougé de notre fait. Seulement ces 20 mètres seront quand même catastrophiques. Notre écosystème, notre équilibre, notre civilisation s'est construit et a évolué avec une couche d'eau de 11304 mètres au dessus de la fosse des Mariannes. 20 mètres de plus, ça sera un désastre.

    D'ailleurs, dans l'histoire que j'ai racontée au début, on pouvait dire la même chose : la proportion de CO2 fossilisée est totalement négligeable devant le flux total de CO2 naturel. En effet. Vraiment négligeable. C'est pour ça que ça a pris un bon milliard d'années pour que ça ait un effet notable (celui de permettre la vie animale)

    Tout ce qu'on fait c'est faire l'exact chemin inverse. Avec des proportions certes des milliers de fois plus grandes qu'à l'aller. Mais même en multipliant par des milliers le ryhtme de "défossilisation", la remarque reste vraie : la proportion de carbone défossilisée est négligeable devant le flux total de CO2 naturel. 1000 fois moins négligeable qu'à l'aller, mais négligeable quand même. C'est pour cela qu'on ne change pas le climat en une seule année. Et que ça va mettre 2 bons siècles (démarrés à la révolution industrielle... il y a presque 2 siècles) pour avoir des effets vraiment notables.

    Mais on s'en fiche que ce soit négligeable. Même si on divisait par 10 le rythme de défossilisation (et donc avoir un rejet de CO2 du à l'homme 10 fois plus négligeable encore), et bien ça prendrait 10 fois plus temps. Mais le résultat au bout de 1000 ans (au lieu de 100) serait le même : on aura rendu la planète invivable (et même 1000 ans, c'est bête. On avait l'ambition en tant qu'espèce et que civilisation de durer plus longtemps que cela).

    Le problème n'est pas un problème de flux (c'est l'erreur que font beaucoup trop de gens d'ailleurs). Le problème est un problème de stock : quelle proportion du carbone terrien est fossilisé, et quelles proportion participe au cycle biomasse->atmosphère->photosynthèse->bio...
    Peu importe à quel rythme on transfère du carbone d'un stock (stock fossile) à l'autre (stock biomasse+atmosphère), et quelle pourcentage du flux annuel ce transfert représente. Du moment qu'on le fait, on remonte dans le temps, pour revenir à l'époque où la vie animale n'était pas possible sur terre.
    4 réponses · Il y a 4 semaines
  • Génétique et hérédité?

    C'est que je veux écrire un roman et le personnage principal de mon histoire est une métisse. Elle s'appelle Amélia Bennett. Du côté de son père, son grand-père est un Écossais aux cheveux roux et aux yeux bleus. Sa grand-mère est Chinoise. Elle a donc les cheveux noirs et les yeux bruns. Ensemble, ils ont... afficher plus
    C'est que je veux écrire un roman et le personnage principal de mon histoire est une métisse. Elle s'appelle Amélia Bennett. Du côté de son père, son grand-père est un Écossais aux cheveux roux et aux yeux bleus. Sa grand-mère est Chinoise. Elle a donc les cheveux noirs et les yeux bruns. Ensemble, ils ont eus 3 fils, dont le père d'Amélia: Michael Bennett. C'est à partir de là que les choses se compliquent pour moi. Est-ce que c'est possible pour Michael d'hérité les traits asiatiques de sa mère, comme les yeux bridés et avoir les cheveux roux et les yeux bleus comme son père? Du côté de la mère d'Amélia, tout le monde est Américain et blanc. La mère d'Amélia avait les cheveux blonds et les yeux verts. Comment est-ce que tout ce bagage génétique va affecter l'apparence d'Amélia? Est-ce que se serait possible pour elle d'avoir les cheveux roux et les yeux bleus aussi? Est-ce qu'elle pourrait avoir les yeux bridés comme sa grand-mère, même un peu? Je pose la question car je ne connaît rien en génétique. Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider?
    9 réponses · Il y a 1 mois
  • Les femmes ont-elles un nombre limité d'ovocytes?

    Meilleure réponse : Oui.
    Il est déterminé dès la conception :
    https://www.rts.ch/decouverte/sciences-e...
    Meilleure réponse : Oui.
    Il est déterminé dès la conception :
    https://www.rts.ch/decouverte/sciences-e...
    5 réponses · Il y a 1 mois
  • Pourquoua le code génétique exprime des caractères héréditaires de façon allé à touare?

    Meilleure réponse : La légende raconte que les Élohims débarquèrent sur notre planète et utilisèrent leurs connaissances et leur savoir-faire pour concevoir la race humaine par génie génétique. La vérité est légèrement différente, car on le sait, celui qui écrit l'histoire profite souvent d'un monopole de l'information... afficher plus
    Meilleure réponse : La légende raconte que les Élohims débarquèrent sur notre planète et utilisèrent leurs connaissances et leur savoir-faire pour concevoir la race humaine par génie génétique. La vérité est légèrement différente, car on le sait, celui qui écrit l'histoire profite souvent d'un monopole de l'information pour l’arranger à sa manière.
    Les Élohims arrivèrent en réalité sur Terre suite à une erreur de calcul, lors d'un voyage de Proxima du Centaure vers la constellation d'Orion. Ils n’atterrirent pas, mais s'écrasèrent quelque part dans le Sahara et perdirent beaucoup d'âmes ainsi que leurs technologies spatiales avancées mais surtout, se retrouvèrent égarés sur notre planète, privés de moyens de locomotion et de télécommunications.
    Afin de rejoindre la constellation d’Orion, ils tentèrent dans un premier temps de rétablir le contact avec les leurs, mais après des années passées à prospecter la surface terrestre et les profondeurs abyssales, ils durent se rendre à l’évidence : notre système solaire archaïque était totalement dépourvu des éléments qui leur permettraient de construire un lumi-phone, une sorte de quasar artificiel servant à communiquer dans un langage similaire au morse, avec une zone d’émission supérieure à notre limite connue de l’univers.
    Débrouillards et bien déterminés à arriver à destination, les Élohims décidèrent alors de fusionner toutes les formes d’intelligence existantes sur Terre et d’en tirer la quintessence. L’idée était d’instruire ce nouvel être créé de toutes pièces par génie génétique, de lui soumettre le problème, et de le laisser trouver la solution. Riche de ses connaissances de l’environnement terrestre, qui n’était pour les Élohims que planète négligeable, dépourvue de toutes matières premières utiles, l’Humain se mit à inventer tout un tas de technologies que l’on utilise encore de nos jours, allant de la roue au moteur à réaction. Cette dernière invention à laquelle les Elohims n’auraient jamais pensé, eux qui utilisent des trous de ver artificiels et des annulateurs de gravité, leur permit enfin de quitter la Terre et rejoindre leur peuple, sur une giga-planète située quelque part dans la constellation d’Orion.
    Abandonné à son sort et devenu orphelin, l’Humain qu’Élohim n’avait pas pris le temps d’exterminer, oublia peu à peu son histoire et se mit à rêver lui-aussi de conquête, car après-tout, c’était pour cette raison qu’il fût jadis créé.
    Se comportant comme un virus créé dans un laboratoire, l’Humain se livre de nos jours à massacres et perversions et continuera tant qu’il n’aura pas détruit la Voie Lactée.
    Les Elohims le savaient bien, car ce n’était pas la première fois qu’ils s’adonnaient au génie génétique. Mais après sept siècles passés dans notre Galaxie préhistorique, ils quittèrent la Terre dès lors qu’ils en eurent les moyens, et peu importe si les humains qu’ils abandonnèrent allaient créer un trou noir en combinant leurs arsenaux nucléaires.
    En règle générale, Élohim respecte toujours une charte lorsqu’il créé une nouvelle espèce, afin de ne pas interférer l’écosystème du monde dans lequel cette nouvelle race évoluera. Mais ils leur arrive parfois de volontairement créer un virus, afin de détruire une partie de l’univers qu’ils n’ont pas jugé importante.
    Dans le cas de l’Espèce humaine, Élohim a volontairement bafoué cette charte, créant ainsi un être d’une intelligence supérieure, au détriment du bon sens, une espèce capable de détruire la planète sur laquelle elle vit en moins d’une heure et même au-delà, quand certains parlent de terra former la planète Mars…..
    Les caractères dont nos gènes héritent de manière aléatoire sont induits par la richesse exceptionnelle de notre ADN, qui résume dans sa block chain la totalité de la mémoire génétique depuis la création de notre planète. Un exploit qui à l’état naturel requerrait une évolution cellulaire de plusieurs milliards de milliards d’années a été possible en seulement quelques générations, avec l’apport d’Élohim.
    4 réponses · Il y a 1 mois
  • Pourquoi le métissage, au sein d'une même espèce animale, diffère de celui des êtres humains ?

    Meilleure réponse : C'est une sombre affaire de génétique:

    Pour le chat:
    https://www.veterinairedouville.com/fich...

    Pour l'Homme, c'est encore mal connu...
    Meilleure réponse : C'est une sombre affaire de génétique:

    Pour le chat:
    https://www.veterinairedouville.com/fich...

    Pour l'Homme, c'est encore mal connu...
    9 réponses · Il y a 1 mois
  • Y a-t-il encore conscience après la mort?

    23 réponses · Il y a 3 mois
  • Deux parents normaux vont produire un enfant stupide laid, peut-être que l'enfant n'est pas le leur?

    Meilleure réponse : Seule la femme le sait.
    Meilleure réponse : Seule la femme le sait.
    7 réponses · Il y a 3 mois
  • Quand on fait la danse du ventre, quels sont les muscles qui font bouger le ventre?

    Meilleure réponse : Tout dépend ce que l'on appelle danse du ventre.

    Si tout reste immobile sauf le ventre dont la surface est parcourue de mouvements, alors ce sont les abdos.

    Sinon souvent ce sont les hanches qui bougent, le buste restant immobile. Comme le ventre est entre les deux il doit forcément suivre le mouvement
    Meilleure réponse : Tout dépend ce que l'on appelle danse du ventre.

    Si tout reste immobile sauf le ventre dont la surface est parcourue de mouvements, alors ce sont les abdos.

    Sinon souvent ce sont les hanches qui bougent, le buste restant immobile. Comme le ventre est entre les deux il doit forcément suivre le mouvement
    8 réponses · Il y a 3 mois
  • Quelle est l’origine du code de l’ADN?

    Meilleure réponse : On la cerne de mieux en mieux, voir ici :
    https://www.futura-sciences.com/sante/ac...
    mais il est toujours plus facile pour certains d'invoquer l'éternel "bouche-trou" des connaissances scientifiques, Dieu.

    .
    Meilleure réponse : On la cerne de mieux en mieux, voir ici :
    https://www.futura-sciences.com/sante/ac...
    mais il est toujours plus facile pour certains d'invoquer l'éternel "bouche-trou" des connaissances scientifiques, Dieu.

    .
    6 réponses · Il y a 3 mois
  • Est-ce que des bactéries différentes peuvent se battre entre elles?

    Meilleure réponse : La question n'est pas stupide (c'est quoi, cette pétoche ordinaire sous vos niqabs ?). On a plutôt coutume de parler de virus qui tuent les bactéries en y pénétrant pour finir par les faire "exploser" (phagothérapie). Les combats entre bactéries peuvent aussi exister et suscitent même de gros... afficher plus
    Meilleure réponse : La question n'est pas stupide (c'est quoi, cette pétoche ordinaire sous vos niqabs ?).

    On a plutôt coutume de parler de virus qui tuent les bactéries en y pénétrant pour finir par les faire "exploser" (phagothérapie). Les combats entre bactéries peuvent aussi exister et suscitent même de gros espoirs thérapeutiques :

    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-bacteries-tueuses-bacteries-antibiotiques-demain-46482/
    6 réponses · Il y a 3 mois
  • Voulez-vous faire vos courses alimentaires dans la nature comme chasseur ou comme cueilleur?

    Meilleure réponse : Je cueille régulièrement. En ce moment tomates et cucurbitacées mais aussi champignons et pommes. Bientôt cynorhodon. Au printemps il y aura entre autres tilleul, mélisse, menthe. Oui, je mélange jardin et campagne, mais les deux sont la nature dans le sens où ces plantes sont en train de pousser au moment de... afficher plus
    Meilleure réponse : Je cueille régulièrement.

    En ce moment tomates et cucurbitacées mais aussi champignons et pommes.

    Bientôt cynorhodon.

    Au printemps il y aura entre autres tilleul, mélisse, menthe.

    Oui, je mélange jardin et campagne, mais les deux sont la nature dans le sens où ces plantes sont en train de pousser au moment de la cueillette, contrairement aux rayons d'un hypermarché ou règne la mort, en particulier des clients morts-vivants.
    7 réponses · Il y a 3 mois
  • La gelée royale et ses compléments alimentaires qui la contiennent sont ils dangereux, cancérigènes, en accélérant le metabolisme?

    Meilleure réponse : ♫ Allah pêche aux moules
    j'veux plus y aller Maman ♪♫
    Meilleure réponse : ♫ Allah pêche aux moules
    j'veux plus y aller Maman ♪♫
    6 réponses · Il y a 4 mois