Etre contre le patriarcat = être contre la paternité génitale?

Dans "Quelle alternative au patriarcat", Agnès Echène, féministe et chercheuse en anthropologie culturelle, nous explique que le couple est "le fondement concret du patriarcat". Extraits: "c’est en effet la transmission par les hommes qui est donnée pour fondamentale voire fondatrice du... afficher plus Dans "Quelle alternative au patriarcat", Agnès Echène, féministe et chercheuse en anthropologie culturelle, nous explique que le couple est "le fondement concret du patriarcat".
Extraits:
"c’est en effet la transmission par les hommes qui est donnée pour fondamentale voire fondatrice du patriarcat [...].
"Il apparaît donc que le patriarcat se fonde sur la patrilinéarité ; et que, sans patrilinéarité, il n’y a pas de patriarcat."
"Et il apparaît justement que toutes les sociétés patriarcales sont conjugalisées ; elles pratiquent toutes le couple institué, qu’il se nomme mariage, pacs, concubinage, amour libre, etc."
"Il semble donc bien y avoir une corrélation forte entre ces deux réalités anthropologiques ; couple et patriarcat sont consubstantiels."
"Ce n’est qu’en valorisant le modèle social non conjugal qu’une société peut se défaire du patriarcat. […] Une telle évolution nécessite également une reconsidération du modèle familial qui doit se refonder sur des liens d’appartenance utérine et non pas consanguine ; cela remet en cause dès lors la paternité génitale qui doit laisser place à une paternité germaine : il faut en effet que ce soit les frères, oncles et cousins qui assument les enfants des femmes […]."
"Dans la famille non-conjugale, la postérité est comme partout sur la terre, le fait des femelles. Ce sont les femmes qui enfantent, mais sans "conjonction" au géniteur : celui-ci est d’abord et surtout un amant […]."

"cela remet en cause dès lors la paternité génitale"

Qu'en pensez-vous? Etre contre le patriarcat implique-t-il nécessairement d'être contre la paternité génitale, c'est-à-dire du géniteur?
Mise à jour: @ écoeurée des hommes
Non, je cherche juste à comprendre.
Mettre à jour 2: @ caryocinese
Des droits, ils n'en ont pas beaucoup tu sais. Et ce n'est pas excluant les géniteurs de la famille, comme le recommande Agnès Echène, qu'ils pourront être "des repères des modèles pour les enfants, une sécurité surtout".
Mettre à jour 3: Tu ne trouves pas qu'Agnès Echène confonds maternité et propriété, et droits exclusifs, elle? "Etre père est une responsabilité qui doit conduire à mériter d'être appellé papa !" (SIC) Encore faut-il qu'on leur laisse excercer cette responsabilité ! Le fait de se faire appelé... afficher plus Tu ne trouves pas qu'Agnès Echène confonds maternité et propriété, et droits exclusifs, elle?
"Etre père est une responsabilité qui doit conduire à mériter d'être appellé papa !" (SIC)
Encore faut-il qu'on leur laisse excercer cette responsabilité !
Le fait de se faire appelé "papa" ça doit se mériter, me dis-tu...
Je ne suis pas d'accord. D'appeler "papa" son père et "maman" sa mère, n'a pas à être soumis à conditions.
Mettre à jour 4: @ mouais.....
Très bonne analyse.
C'est exactement cela.
Ca fait plaisir à lire. Merci beaucoup !
Mettre à jour 5: @ ocean Je ne pense pas que les hommes votent plus avec leur tête que les femmes, mais je suis assez d'accord avec l'idée que le divorce puisse profiter au système marchand. J'aime bien les termes de "fécondeur accessoire" et "géniteur-payeur privé de ses enfants" que tu utilises... afficher plus @ ocean
Je ne pense pas que les hommes votent plus avec leur tête que les femmes, mais je suis assez d'accord avec l'idée que le divorce puisse profiter au système marchand.
J'aime bien les termes de "fécondeur accessoire" et "géniteur-payeur privé de ses enfants" que tu utilises pour désigner la considération envers le père dans une société post-patriarcale.
Ta réponse complète parfaitement celle de @mouais....
Merci.
Mettre à jour 6: @ casablanca
Merci.
Comme le dit la chanson:
"C'était dans ces années un peu folles,
où les papas n'étaient plus à la mode..."
http://www.youtube.com/watch?v=tjo4CY4nh...
Mettre à jour 7: @ Benoît Pour résumer très succinctement la pensée de Echène: pas de pères → pas de patriarcat Mais pourquoi veux-tu abandonner la parenté génitale? Quant à la société qu'elle nous écrits, tu la trouves si différente de la nôtre? Tu as écouté la chanson de Goldman? (Cf. plus haut) Ou celle de... afficher plus @ Benoît
Pour résumer très succinctement la pensée de Echène:
pas de pères → pas de patriarcat

Mais pourquoi veux-tu abandonner la parenté génitale?

Quant à la société qu'elle nous écrits, tu la trouves si différente de la nôtre? Tu as écouté la chanson de Goldman? (Cf. plus haut)
Ou celle de Cali?
http://www.youtube.com/watch?gl=FR&hl=fr...
Mettre à jour 8: @ Benoît Quand une femme enlève un bébé dans une maternité, la "vraie mère" c'est laquelle à tes yeux? Celle qui a accouché, ou celle qui s'est "occupé" du bébé pendant sa disparition? http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gbZqpDtjWyJyEG0iiCy5w76f7rGw Quant à ta peur de... afficher plus @ Benoît
Quand une femme enlève un bébé dans une maternité, la "vraie mère" c'est laquelle à tes yeux? Celle qui a accouché, ou celle qui s'est "occupé" du bébé pendant sa disparition?
http://www.google.com/hostednews/afp/art...
Quant à ta peur de responsabiliser les personnes qui font un don de gamètes, penses-tu que de se faire faire un enfant dans le dos puisse être considéré comme un don de gamètes? qu'on ne devrait pas les responsabiliser? ou leur reconnaître aussi des droits quand ils assument cet enfant?
Et si tu n'avais pas été élevé par tes géniteurs, crois-tu que tu n'aurais pas envie de savoir au moins qui ils étaient?
Mettre à jour 9: @ saintegrrr
Ok, prends ton temps.
Je ralonge la date d'expiration de la question.
Mettre à jour 10: @ Benoît C'est un besoin de vérité. C'est un besoin de savoir, c'est un besoin de répondre à des questions qui restent sans réponses. Besoin de connaître et de comprendre son histoire, besoin de guérir de l'amputation de ses origines. Besoins de sens, besoins de représentations. Besoin humain,... afficher plus @ Benoît
C'est un besoin de vérité. C'est un besoin de savoir, c'est un besoin de répondre à des questions qui restent sans réponses. Besoin de connaître et de comprendre son histoire, besoin de guérir de l'amputation de ses origines. Besoins de sens, besoins de représentations.
Besoin humain, avant tout.
Tu sais toi d'où tu viens, pourquoi vouloir le refuser aux autres? Et ne crois surtout pas que ce n'est pas important, car ça l'est.
Mettre à jour 11: @ Léonore
Intéressante analyse psychologique.
Merci.
Mettre à jour 12: @ Benoît La dichotomie nature/culture, m'a toujours semblé être une annerie paralogique lorsqu'il s'agit de penser l'humain. Nous ne sommes pas l'un ou l'autre, nous sommes les deux à la fois: nature ET culture. Tu crois que c'est moins important parce que ce serait un besoin culturel?... afficher plus @ Benoît
La dichotomie nature/culture, m'a toujours semblé être une annerie paralogique lorsqu'il s'agit de penser l'humain. Nous ne sommes pas l'un ou l'autre, nous sommes les deux à la fois: nature ET culture. Tu crois que c'est moins important parce que ce serait un besoin culturel? C'est un besoin individuel, c'est un besoin psychologique, c'est un besoin humain. Que serais-tu sans culture? C'est quoi un humain qui serait seulement naturel, un humain sans culture? Un Greystocke? Un Victor de l'Aveyron? un "enfant sauvage"? Même pas. Car même là, l'alentour, le milieu influence, sert de tuteur de développement, d'acquis indissociable, de... culture.
Un besoin naturel c'est quoi? Manger, boire, déféquer. Ce sont des besoins physiologiques pour que le corps puisse "survivre". Mais un enfant n'est pas un animal domestique, il a d'autres besoins, et des questions auxquelles il a besoin de réponses pour pouvoir se construire. Ces besoins n'en sont pas moins importants.
Mettre à jour 13: @ Bobbox
Pas toutes.
Mettre à jour 14: @ Benoît Effectivement Benoît, la question est bien de savoir quelle société nous voulons. Quelle société veux-tu, toi? Une société où la filiation biologique n'a aucune importance? En ce cas là, pourquoi ne pas distribuer les bébés des maternités aléatoirement aux adultes, sans se préoccuper de savoir qui a... afficher plus @ Benoît
Effectivement Benoît, la question est bien de savoir quelle société nous voulons. Quelle société veux-tu, toi?
Une société où la filiation biologique n'a aucune importance? En ce cas là, pourquoi ne pas distribuer les bébés des maternités aléatoirement aux adultes, sans se préoccuper de savoir qui a accouché de qui? Si je suis bien ton raisonnement, pourquoi une femme qui accouche serait-elle "propriétaire" du (ou prioritaire pour élevé le) bébé qu'elle vient d'accoucher si la société peut lui trouver de meilleurs parents? Est-ce à la société de décider qui sont tes parents? Et quid du bébé? A la naissance, il est déjà capable de discriminer l'odeur de sa mère (pardon, de la femme qui l'a porté pendant 9 mois), de toutes autres femmes inconnues. Et cette odeur semble a un effet sécurisant sur les bébés. Il reconnaît aussi la mélodie et la prosodie de la voix maternelle (pardon, de sa génitrice) ainsi que celles de son père (du compagnon de la génitrice si tu préfères).
Mettre à jour 15: Tu connais ton arbre généalogique. Tu sais à qui tu ressembles. Tu as une histoire et une préhistoire. Si un jour tu es malade, et qu'un médecin te demandes tes antécédants familiaux, tu peux répondre. Tu sais où plongent tes racines. Du fait qu'il est pris dans le langage, l'humain a besoin de... afficher plus Tu connais ton arbre généalogique. Tu sais à qui tu ressembles. Tu as une histoire et une préhistoire. Si un jour tu es malade, et qu'un médecin te demandes tes antécédants familiaux, tu peux répondre. Tu sais où plongent tes racines.
Du fait qu'il est pris dans le langage, l'humain a besoin de représentations, de se représenter qui il est, d'où il vient. Tu peux couper les racines, elles ne repoussent pas ailleurs, il reste un manque, un trou sans représentations.

Quelle société nous voulons?
Une société à la Echène (sans filiation paternelle) ou à la Huxley (sans aucune filiation), n'est pas un monde que je recommanderais.
Mettre à jour 16: @ Benoît L'histoire de ta famille adoptive ne remplace pas ton arbre généalogique. Elle explique pourquoi cette famille t'a adopté, mais pas pourquoi, toi, tu as dû être adopté. Elle n'explique pas pourquoi ta première mère (celle qui t'a porté pendant 9 mois) n'a pas pu te garder. Tu ne... afficher plus @ Benoît
L'histoire de ta famille adoptive ne remplace pas ton arbre généalogique. Elle explique pourquoi cette famille t'a adopté, mais pas pourquoi, toi, tu as dû être adopté. Elle n'explique pas pourquoi ta première mère (celle qui t'a porté pendant 9 mois) n'a pas pu te garder. Tu ne connais pas son visage, son nom, son histoire, celle qui conduit à ta naissance. Tu ne sais pas quelles parties de toi lui ressemblent, et quelles autres ressemblent à l'homme avec qui elle t'a conçu. Tu ne sais pas ce qui n'a pas marché, tu ne sais pas pourquoi tu n'as pas eu ces parents-là finalement. Tu ne sais même pas qui ils étaient. C'est pourtant ton histoire, celle qui explique ta venue au monde. Que tu le veuilles ou non, c'est une partie de toi. Et ça, ça ne repousse pas.
Les personnes qui recherchent leurs parents biologiques et les assos qui militent pour l'accès aux origines, ce qu'elles demandent ce n'est pas une filiation légale, mais juste à pouvoir connaîtrecomprendre leur histoire.
Mettre à jour 17: Une lettre qui explique et une photo, ce n'est quand même pas beaucoup demander, si? http://forum.aufeminin.com/forum/adoption1/__f18018_adoption1-Temoignages-d-enfants-nes-sous-x-d-enfants-adoptes-et-de-parents.html#114576 Ce serait pourtant suffisant. Maintenant, si ta peur est qu'une ancienne... afficher plus Une lettre qui explique et une photo, ce n'est quand même pas beaucoup demander, si?
http://forum.aufeminin.com/forum/adoptio...
Ce serait pourtant suffisant.

Maintenant, si ta peur est qu'une ancienne conquête vienne te demander une pension alimentaire pour un enfant qu'elle t'a fait dans le dos, c'est un autre débat.

Pour ce qui est du sujet des mères porteuses, voilà ce que j'en pense:
http://fr.answers.yahoo.com/question/ind...
Mettre à jour 18: Et ne pas savoir, ne pose pas un problème que pour les antécédants familiaux.
"Deux jumeaux, un frère et une soeur séparés à la naissance et élevés par des familles adoptives différentes, se sont mariés sans connaître leur lien de parenté":
http://www.paperblog.fr/391985/des-jumea...
Mettre à jour 19: @ Bobbox "si une féministe est favorable au droits des pères, alors elle n'est plus féministe." Elle ne l'est plus aux yeux de beaucoup de radicales. Certaines radicales allant même jusqu'à traiter de "masculiniste" une féministe favorable aux droits des pères. Lol Mais bon,... afficher plus @ Bobbox
"si une féministe est favorable au droits des pères, alors elle n'est plus féministe."
Elle ne l'est plus aux yeux de beaucoup de radicales. Certaines radicales allant même jusqu'à traiter de "masculiniste" une féministe favorable aux droits des pères. Lol
Mais bon, j'ose croire que toutes les féministes ne sont pas aussi radicales.
Pourtant, il faudrait bien qu'elles comprennent que les droits parentaux doivent s'équilibrer dans la famille, si on veut aussi avoir un meilleur équilibre social hors de la famille, entre les hommes et les femmes. L'un ne pourra pas aller sans l'autre. Car si les femmes monopolisent ou sont monopolisées par les enfants, et que les hommes sont privés de leurs enfants, socialement ils ne pourront jamais être égaux. L'égalité passe donc d'abord par l'égalité des droits. A moins de vouloir une société où ce ne sont plus les parents qui élèvent les enfants.

16 réponses 16