Qui a décrété que la justice devait être angélique dans sa manière de punir?

A entendre les "humanistes" (pour ma part, je les appelle les idiots ; être humaniste consiste en fait à aider l'opprimé, non à atténuer la peine méritée du criminel), il faudrait être mesuré lorsque justice doit être rendue. Pourtant, les criminels qui ont attenté à la dignité de leur victime... afficher plus A entendre les "humanistes" (pour ma part, je les appelle les idiots ; être humaniste consiste en fait à aider l'opprimé, non à atténuer la peine méritée du criminel), il faudrait être mesuré lorsque justice doit être rendue. Pourtant, les criminels qui ont attenté à la dignité de leur victime l'ont fait sans aucun sens de la mesure. Alors pourquoi les criminels ne devraient-ils pas recevoir la juste mesure du mal qu'ils ont fait ? Même Dieu dans l'Ancien Testament rend la justice de la manière la plus impitoyable qui soit.
Mise à jour: @ Juliette : "Comme tu le dis, la juste mesure, et c'est bien là où réside la difficulté." Non, justement c'est très simple : à partir du moment où un criminel touche, via son crime, à la dignité de sa victime, il touche à ce qui n'a pas de prix. Par conséquent, la peine adaptée pour que le... afficher plus @ Juliette : "Comme tu le dis, la juste mesure, et c'est bien là où réside la difficulté." Non, justement c'est très simple : à partir du moment où un criminel touche, via son crime, à la dignité de sa victime, il touche à ce qui n'a pas de prix. Par conséquent, la peine adaptée pour que le criminel expie son crime, c'est que lui soit retiré à perpétuité ce qui n'a pas de prix pour lui : sa liberté.
Mettre à jour 2: @ PA : Où as-tu vu dans ma question que j'étais pour la peine de mort ? En plus, la peine de mort, loin d'être déshonorante, ce serait au contraire un acte de charité car celui qui meurt ne souffre plus alors que celui qui vit derrière des barreaux pour le restant de ses jours afin d'expier son crime... afficher plus @ PA : Où as-tu vu dans ma question que j'étais pour la peine de mort ? En plus, la peine de mort, loin d'être déshonorante, ce serait au contraire un acte de charité car celui qui meurt ne souffre plus alors que celui qui vit derrière des barreaux pour le restant de ses jours afin d'expier son crime souffre de ne plus être libre. Comme tu peux le constater, je ne suis pas charitable. Je ne le suis jamais envers les criminels car eux ne le sont pas non plus ; je leur renvoie leur propre coup. Si j'étais ne serait-ce qu'un peu charitable, je serais pour la peine de mort.
Mettre à jour 3: @Juliette : "comment détermines tu quand la dignité de la personne est touchée?" Ca se mesure à la souffrance de la victime. Si celle-ci souffre à cause d'agissements nuisibles extérieurs à elle et dus à autrui, alors il y a atteinte à la dignité humaine. Le problème dans cette société, c'est... afficher plus @Juliette : "comment détermines tu quand la dignité de la personne est touchée?" Ca se mesure à la souffrance de la victime. Si celle-ci souffre à cause d'agissements nuisibles extérieurs à elle et dus à autrui, alors il y a atteinte à la dignité humaine. Le problème dans cette société, c'est qu'on a tendance à trop jouer les intellos, à vouloir définir ceci ou cela, etc. Ca complique tellement les choses qu'au final, soit on ne fait rien parce qu'on se décourage d'obstacles qu'on s'est soi-même créé, soit on fait mal les choses parce que les complications qu'on s'est créé nous empêche de toucher la seule commande valable : la conscience morale, laquelle découle de l'instinct, c'est-à-dire de ce qui ne ment pas.
Mettre à jour 4: @ PA : " je me fous de ce que tu penses" Si c'était vrai, tu ne me répondrais pas.
Mettre à jour 5: @ luc c : Le côté pervers des travaux des "humanistes", c'est que maintenant, ce ne sont plus les criminels qui sont punis ; ce sont leurs victimes qui le sont. Ce n'est pas la faute des philosophes ayant écrit à ce sujet ; c'est la faute de ceux qui se sont prétendus humanistes et qui se sont... afficher plus @ luc c : Le côté pervers des travaux des "humanistes", c'est que maintenant, ce ne sont plus les criminels qui sont punis ; ce sont leurs victimes qui le sont. Ce n'est pas la faute des philosophes ayant écrit à ce sujet ; c'est la faute de ceux qui se sont prétendus humanistes et qui se sont servis de leurs idées pour renverser les valeurs de bon sens et qui ont provoqué non seulement un déséquilibre mais qui en plus s'en foutent complètement tant qu'ils y trouvent leur petit intérêt personnel.
Mettre à jour 6: @ Juliette : "que penses tu de la MRAP, SOS racisme etc.....?" Excellente question. J'en pense que ces associations ne luttent pas contre le racisme car c'est leur fond de commerce. Si le racisme disparait, elles sautent aussi ; c'est aussi simple que ça. Ces associations n'ont aucun... afficher plus @ Juliette : "que penses tu de la MRAP, SOS racisme etc.....?" Excellente question. J'en pense que ces associations ne luttent pas contre le racisme car c'est leur fond de commerce. Si le racisme disparait, elles sautent aussi ; c'est aussi simple que ça. Ces associations n'ont aucun intérêt à faire disparaitre le racisme. Elles font croire qu'elles luttent contre le racisme mais au contraire, elles l'alimentent. Pour ces associations (sos racisme, mrap, halde...) l'antiracisme n'est hélas plus une valeur (et je le déplore grave); c'est devenu un bizness extrapolé à la politique. Les vrais antiracistes ne sont pas dans ce genre d'assoc' et n'ont aucun lien politique. Ils bossent en contact avec la population et ils ne s'affirment pas antiracistes, eux. Ils le prouvent par leurs actes.
Mettre à jour 7: @ YearOfTheCat : Ai-je dit que les policiers sont tous droits et qu'il n'y a pas de criminels parmi eux ? Tu vois, c'est l'autre problème de notre société : les clivages d'où on crée un profil type jusqu'à généraliser. Parce que l'un appartient à une catégorie de gens et l'autre... afficher plus @ YearOfTheCat : Ai-je dit que les policiers sont tous droits et qu'il n'y a pas de criminels parmi eux ? Tu vois, c'est l'autre problème de notre société : les clivages d'où on crée un profil type jusqu'à généraliser. Parce que l'un appartient à une catégorie de gens et l'autre appartient à une autre catégorie, on en détermine un modèle unique, un profil, pour chaque catégorie de personnes. Un criminel, c'est quelqu'un qui a porté préjudice à un innocent. Qu'il soit flic ou non n'y change rien. Par contre, renvoyer le coup de bâton à un criminel (qu'il soit flic ou non), ce n'est pas lui porter préjudice mais rendre la justice.
Mettre à jour 8: @ pjoker : "C'est juste une question de principe" : Quel principe ? Le principe de ne pas punir à sa juste mesure celui qui a porté préjudice à un innocent ? Il me parait pervers, ce principe.
10 réponses 10