Identité sexuelle et manuels scolaires de SVT. Contradictions?

Selon Hachette : «L’identité sexuelle est la perception subjective que l’on a de son propre sexe et de son orientation sexuelle» Mais selon Bordas: «L’identité sexuelle se réfère au genre sous laquelle une personne est socialement reconnue» Bon alors, c'est subjectif, ou c'est une reconnaissance... afficher plus Selon Hachette : «L’identité sexuelle est la perception subjective que l’on a de son propre sexe et de son orientation sexuelle»

Mais selon Bordas: «L’identité sexuelle se réfère au genre sous laquelle une personne est socialement reconnue»

Bon alors, c'est subjectif, ou c'est une reconnaissance sociale ?

Et l'orientation sexuelle fait-elle partie de notre identité sexuelle comme semble le définir Hachette contrairement à Bordas ?

Il faudrait peut-être que ces manuels de SVT accordent leurs violons. Non ?
Mise à jour: @chuche Niveau d'études, salaires, ..., sont des critères objectifs. Mon diplôme indique mon niveau d'études, et je vois bien sur ma feuille de paye quel est mon salaire. Alors que subjectivement je peux estimer mériter plus. Je te prends un exemple plus en rapport avec ma question: le transsexuel qui se sent femme... afficher plus @chuche
Niveau d'études, salaires, ..., sont des critères objectifs. Mon diplôme indique mon niveau d'études, et je vois bien sur ma feuille de paye quel est mon salaire. Alors que subjectivement je peux estimer mériter plus.
Je te prends un exemple plus en rapport avec ma question: le transsexuel qui se sent femme alors qu'il a un corps d'homme (ou l'inverse), son identité sexuelle, c'est son ressenti, pas ce que pensent les autres. Pareil pour les cisgenres. Ce n'est pas les autres qui définissent comment tu te ressens. C'est subjectif, à mon sens. L'identité sexuelle, c'est de l'ordre du ressenti, du moins il me semble.

@chanchank
Ce sont ceux de cette année.
Hachette me semble plus clair aussi.
Même si je ne suis pas certain que l'orientation sexuelle doit faire partie de la définition de l'identité sexuelle. On peut se ressentir homme ou femme, quelle que soit son orientation sexuelle.
Mettre à jour 2: @chuche La valeur de la personne ? C'est quoi ? Et quel rapport ? Bien évidemment que le salaire ne représente pas la valeur de la personne. On ne paie pas une personne en fonction de sa "valeur" (?), mais en échange de son "travail". Quant à mon niveau d'étude, il n'est pas subjectif, il est indicatif. Il indique... afficher plus @chuche
La valeur de la personne ? C'est quoi ? Et quel rapport ?
Bien évidemment que le salaire ne représente pas la valeur de la personne. On ne paie pas une personne en fonction de sa "valeur" (?), mais en échange de son "travail".
Quant à mon niveau d'étude, il n'est pas subjectif, il est indicatif. Il indique à quelle étape j'ai arrêté d'être étudiant.
L'identité sexuelle, un problème d'acceptation de l'autre pour ce qu'il est, ce qu'il vaut ?
Je ne crois pas.
Qu'est-ce que ça veut dire: ce que vaut une personne ?
Surtout que l'identité sexuelle, me semble être plutôt un concept subjectif, ce que les psychologues pourrait appeler le sexe psychique.
Les manuels de SVT gagneraient à être plus clairs, s'il s'agit de faire passer des "notions" dans la têtes des élèves.
"Sexe psychique" plutôt que "identité sexuelle" me paraît déjà plus clair.
"Homme" ou "femme" plutôt que "genre sous laquelle une personne est socialement reconnue" me paraît également beaucoup plus clair.
A croire que
Mettre à jour 3: le but est plus d'embrouiller les choses que de les démêler.
Mettre à jour 4: @chanchank
Nous sommes d'accord.
Les manuels scolaires de SVT feraient mieux de s'inspirer de ta réponse dans leurs prochaines éditions. Ils y gagneraient en efficacité pédagogique.
Mettre à jour 5: @Tania Moi j'y vois une contradiction. Dans le premier cas, c'est la perception subjective (je me sens homme, ou femme, ou transgenre, ou agenre, ou ... autre). Certains emploient le terme queer pour parler de leur genre. Dans le second cas, on nous parle du genre sous laquelle une personne est socialement... afficher plus @Tania
Moi j'y vois une contradiction.
Dans le premier cas, c'est la perception subjective (je me sens homme, ou femme, ou transgenre, ou agenre, ou ... autre). Certains emploient le terme queer pour parler de leur genre.
Dans le second cas, on nous parle du genre sous laquelle une personne est socialement reconnue.
C'est quoi le genre sous laquelle une personne est socialement reconnue ?
Ca veut dire quoi ?
Si tu croises une femme (sexe biologique) avec une démarche de cow-boy ou une mamie avec de la moustache, tu ne vas pas les appeler "monsieur". Tu va continuer à leur donner du "madame". Non ?
Mettre à jour 6: @ocean
Cette fameuse déconstruction du sens, me fait penser à un échange un peu rude que j'ai eu sur cette question:
http://fr.answers.yahoo.com/question/ind...
A force de déconstruire le sens des mots, les déconstructionnistes nous amèneront peut-être à parler le langage stroumpf à l'avenir. Qui sait ?
Mettre à jour 7: @Lolo
Merci.
Qu'ils abordent ces notions en SVT, c'est plutôt intéressants. Et je fais confiance aux professeurs de biologie pour faire la part des choses entre biologie et théorie pseudo-sociologique.
5 réponses 5