Pour faire des économies vaut-il mieux dérembourser l'homéopathie (7⁒) ou l'agriculture chimique (partie de 60⁒ en ALD) ou les psychotropes ?

Les poisons agricoles sont à l'origine d'une part non négligeable des ALD qui participent à 60 ⁒ du budget de la sécu, et les psychotropes, antidépresseurs, somnifères, etc. en appellent d'autres une fois devenu dépendant à ces drogues là aussi pour une part bien plus importante que l'homéopathie et l'herboristerie (non remboursée puisque de toute façon elle n'existe plus).

Mettre à jour:

@abus, je parle de l'excès des psychotrope et autres qui sont aussi trop facilement prescrits sans forcément que la solution soit celle-ci ; et j'en sais personnellement bien quelque chose sur les morts par suicides.

Je dénonce aussi le fait qu'une fois dedans, il est très difficile de s'en passer. Demande à un droguer à la clope qui veut arrêter, penses-tu qu'il peut en reprendre une petite comme ça pour ? Non c'est la rechute quasi assurée.

Mettre à jour 2:

Comme pour l'alcool ou ces drogues (curieusement pour une fois un des rares anglicismes qu'il faudrait qu'on utilise).

Pour l'herboristerie je fais référence à l'arrêt depuis longtemps (Pétain) de son enseignement, le départ à la retraite de la dernière l'an passé donc de la dernière officine médicale. Il y a effectivement des magasins où on peut en acheter, parfois sans conseil, dose, etc. On n'est pas dans le même cadre. Et encore une fois je te parle des PLANTES pas des EXTRAITS transformés

Mettre à jour 3:

de ces plantes en pilules. N'importe quel herboriste pourrait te dire que certaines plantes ont un effet plus efficace en quantité moindre que le principe actif SANS MANIFESTER SES EFFETS SECONDAIRES simplement car dans la plante complète il y a d'autres composants qui aident à décupler l'effet bénéfique et à atténuer l'effet secondaire. Typiquement la reine des prés avec son « aspirine » interdite aujourd'hui.

Pour l'homéopathie Boiron fait de la recherche depuis des années pour comprendre

Mettre à jour 4:

d'où l'effet pourrait provenir. En particulier il y a les expériences de Benvéniste d'enregistrement et transmission par internet de l'activité moléculaire, reprises par Montagnier dans son domaine de compétence, qui apporte un éclairage sur ce qui pourrait se passer par l'homéopathie. Mais comme un journaliste n'ayant rien compris (pléonasme) a qualifié ses expériences de « mémoire de l'eau » ensuite tout la contre argumentation « scientifique » c'est appuyée là-dessus. Il y a quelque chose à

Mettre à jour 5:

fouiller pour la connaissance fondamentale, la santé des gens et le coût en baisse des soins mais justement, imagine que tu puisses à distance transférer l'activité d'une molécule dans l'agencement quantique et moléculaire de l'eau, quelle déroute économique pour l'industrie pharmaceutique !

Oui de l'argent public y part que tu juges inefficace mais pourtant soigne des gens (par placebo ?) qui ne changeront pas de façon de se soigner s'ils sont âgés, par habitude, donc tu les mets en danger.

Mettre à jour 6:

Mais combien de médoc plus dangereux que bénéfiques encore rembourser prévu à l'origine… pour autre chose ?

Combien d'argent public perdu pour des bêtises (ex. le milliard avec force exonération d'impôts − donc compensé par l'argent public − pour payer la folie de macron d'une reconstruction qui coûterait bien moins chère même refaite à l'identique, sans utilisation pour autre chose) ?

Ce ne sont pas ces 7 % du coût des remboursements des médicaments QUI N'INCLUS PAS LES SOINS BIEN PLUS CHERS

Mettre à jour 7:

qui vont changer grand chose. Par contre dans l'opinion des gens.

Au fait, faut-il arrêter l'acuponcture ?

Faut-il arrêter les cures thermales et balnéaires ?

Faut-il arrêter les méthodes de gestion du stress, ce puissant générateur de mal être puis de maladies ?

Non en fait tout cela devrait être soutenu et rembourser pour PRÉVENIR les soins bien plus CHERS AUSSI PAR LE RETRAIT DES MALADES DE LA VIE ACTIVE !

Pourquoi ne lis-tu pas l'argumentation sur l'agriculture chimique

Mettre à jour 8:

(de synthèse) et fais-tu exprès de ne pas comprendre !? En déversant en masse des poisons dans notre environnement et notre alimentation qui provoquent les mécanismes cellulaires à l'origine des ALD (fait prouvé), elle est nécessairement à l'origine de quantités d'ALD (épidémie statistiquement encore en cours d'évaluation) donc au budget faramineux qu'il faut mettre pour les soigner À VIE !

Là on parle de prévention pouvant éviter des soins coûteux, c'est TOTALEMENT EN RAPPORT.

4 réponses

Évaluation
  • Il y a 6 mois

    Et pourquoi ne pas dérembourser les deux ?

    L'argent de la sécu n'est pas destiné à rembourser des pilules de "perlimpinpin" (à l'utilité contestable), vous pouvez toujours en consommer (ce n'est parait-il pas nocif) mais à vos frais !

    Les aides publiques pour l'agriculture devraient être réservée aux agriculteurs qui ont une pratique si possible non polluante !

  • Kait.
    Lv 7
    Il y a 6 mois

    Surtout les psychotropes il y en a trop de prescrits.

    Et beaucoup trop de Français en consomme, nous sommes les premiers en Europe.

    L'homéopathie en prévention fait effet, en curatif non ça ne marche pas.

    • anonymous
      Lv 7
      Il y a 6 moisSignaler

      eh si ! ça marche très bien et même sur les animaux, j'en ai fait l'expérience.

  • Anonyme
    Il y a 6 mois

    Quand il s'agit de toucher les trusts...

  • Pour les psychotropes et antidépresseurs, quand tu auras quelques morts sur les bras (suicides et homicides confondus), tu verras peut-être que ce n'est pas une si mauvaise idée d'aider les gens qui en ont besoin en les remboursant.. Même si je ne suis pas fan des cachetons, ceux-là peuvent éviter des drames.

    L'herboristerie existe toujours, on appelle ça plutôt la phytothérapie aujourd'hui, et ça n'a rien à voir avec l'homéopathie vu qu'il y a des principes actifs en phyto (donc des effets). Et quand elle est prescrite, elle est remboursée, et elle suit le même parcours d'autorisation de mise sur le marché que les autres médicaments (donc elle doit apporter les preuves de ses bienfaits sur les patients).

    Pour l'homéopathie, peut-être que toi ça ne te dérange pas que des gros labos comme Boiron n'aient jamais eu l'obligation de prouver les effets de leurs granules pour toucher de l'argent public, mais moi si.. Et bizarrement, pour eux, personne ne hurle au complot pharmaceutiques, au fric fait par une multinationale sur le dos de la santé des gens, à leurs liens avec les politiques, etc... alors que ce sont des milliards distribués uniquement sur du vent juste parce que les gens ont l'habitude d'un mensonge depuis plusieurs générations.

    L'homéopathie ne repose que sur l'effet placebo, dans toutes les études ayant eu lieu à son sujet, elle ne l'a pas dépassé. On peut l'assimiler à une croyance. Si le gouvernement suit les recommandations de l'HAS, les gens seront toujours libres d'acheter de l'homéopathie, mais ils devront comprendre que c'est juste leur cerveau qui leur donne l'impression d'aller mieux, et que ça ne guérit pas (et encore moins les maladies graves), ils sont juste rassurés de prendre un truc.

    Après, si cette affaire pouvait pousser les médecins n'écoutant pas assez leurs patients à le faire, et les patients à comprendre que tout ne se règle pas à coup de cachetons (par exemple, combien de gens veulent des antibios quand ils ont un virus?), pourquoi pas? Mais autant arrêter de perdre de l'argent public dans une croyance.

    Et rien à voir avec l'agriculture "chimique" (ce mot de veut rien dire, tout est chimique, même toi, tu es chimique). D'ailleurs, si tu veux voir un autre scandale, va voir du coté de l'agriculture biologique (qui a aussi droit d'utiliser des pesticides et autres produits décriés en conventionnelle), tu vas pleurer...

    Aucune Réponse : pour les antidépresseurs, je suis bien consciente qu'il est parfois difficile d'en sortir, mais je sais aussi qu'on n'y arrive pas par hasard, ça peut être une roue de secours et donner du temps pour résoudre les problèmes à la source. Pour les psychotropes en général, je suis plus mitigée car certains des plus costauds sont vraiment utiles, voire indispensables pour la personne et son entourage. Je ne peux pas les rejeter en bloc, mais par contre je suis pour un peu plus de contrôle sur leurs prescription.

    L'herboristerie existe toujours, elle n'est juste plus seule. Elle est incluse dans la phytothérapie et dans le cursus des pharmaciens aussi (il me semble.. ou alors les pharmaciens peuvent être formés aux plantes médicinales autrement). La seule différence entre l'herboristerie et la phytothérapie est que tu évites de bouffer toute la plante dans la phyto, les principes actifs sont les mêmes (les extraits viennent des plantes et ne sont pas transformés).

    Les plantes ont aussi des effets secondaires, ils ne sont pas liés à la synthèse mais au principe actif; qui dit principe actif dit effets secondaires (l'effet est ce qu'on recherche dans un médicament, la seule différence avec le secondaire est que le secondaire n'était pas prévu). C'est l'inverse qui est possible : en prenant une molécule extraite des plantes seule, tu peux avoir moins d'effets secondaires qu'en prenant toute la plante avec toutes ses molécules car tu te concentres sur le principe qui t'intéresse.

    Pour Boiron, ils ont été forcés de commencer de la R&D pour prouver les effets de leurs gélules : https://www.industriepharma.fr/homeopathie-boiron-...

    Nuance... Et ils n'ont toujours rien apporté de sérieux (pour la seule étude qu'ils ont sorti, ils ont bidonné les panels de patients comparés, ceux des homéopathes étaient en meilleure santé dès le départ).

    Par contre, en face, il y a des milliers d'études (et des méta-analyses, vu qu'il y a assez de données dans le monde pour ça) qui ne montrent aucun effet supérieur au placebo, y compris des études financées par de l'argent public en France (pour te donner une idée, ce débat a plus de 30 ans, ce ne sont pas les données qui manquent).

    Et bien sûr, même s'ils admettent ne pas comprendre les effets de l'homéopathie, Boiron n'arrête pas d'en vendre quand même.

    Le danger avec l'homéopathie est qu'elle induit en erreur le patient, il croit avoir affaire à un truc qui marche alors que non, et ça peut retarder sa prise en charge avec un autre traitement qui lui aura fait ses preuves (l'exemple le plus connu est Steeve Jobs, qui aurait peut-être pu être sauvé s'il n'avait pas perdu de temps à tester des "médecines alternatives" ). C'est là où le déremboursement peut montrer que ce n'est pas la même chose qu'un médicament ayant fait ses preuves; en ne mettant plus d'argent dedans, les pouvoirs publics peuvent dire qu'ils n'y croient pas.

    A la rigueur, sa seule utilité est qu'elle peut calmer un patient qui veut absolument un médicament après avoir payé sa consultation, mais là c'est le médecin qui faillit à son devoir d'honnêteté envers ses patients. Ce n'est que psychologique.

    Et pas la peine de dériver vers la politique pure. D'ailleurs, le gouvernement de Macron est même plutôt courageux d'enfin s'y attaquer, car les précédents se sont contentés de cacher la misère sous le tapis.. Au détriment des patients! Mais Boiron et les autres labos homéo étaient contents et se sont fait du fric.

    Pour l'acupuncture, au moins elle accepte des études indépendantes. ^^ Les cures, ça dépend lesquelles (toutes ne se valent pas). Pour la gestion du stress, évidemment, le psychisme a un effet sur le corps (c'est justement ça qui coince avec l'homéopathie, ce n'est que ça), et au moins ne ment pas.

    L'agriculture "chimique" n'existe pas (c'est un abus de langage issus de militants, concrètement ça ne veut rien dire), soit elle est conventionnelle, soit elle est biologique, et chacune a ses substances autorisées pour ses plantes (certaines étant autorisées pour les deux). La seule agriculture qui peut se passer de substances est la permaculture (c'est un équilibre entre animaux et végétaux à mettre en place et peut être assez limité).

    Lis ceci pour commencer : http://alerte-environnement.fr/2016/03/23/un-franc...

    Ou ça : http://seppi.over-blog.com/2016/05/comment-le-sulf...

    Les pesticides autorisés en bio ne valent parfois pas mieux que ceux en conventionnelle. Et pour les deux, quand il y en a trop, c'est nocif pour l'environnement (et il ne faut pas oublier que le principe d'un pesticide, bio ou pas, c'est de buter des nuisibles donc forcément l'environnement st impacté).

    Les choses sont plus complexes que ça, on ne peut pas juger à a seule étiquette.

Vous avez encore des questions? Obtenez des réponses en posant vos questions maintenant.