Anonyme
Anonyme question posée dans Sciences et mathématiquesPhysique · Il y a 6 mois

Pourquoi certains accusent le wifi d'être dangereux alors que la l'onde est plus longue que le spectre visible, donc qu'une simple ampoule?

Mettre à jour:

Par contre, c'est bizarre, sur wikipedia, ils disent que le wifi est une micro-onde (30 cm à 3 mm). Moi je tombe sur 150 micromètres, donc inférieur à 3 mm. Calcul : 300 000 mètres par seconde / 2 000 000 000 Hertz = environ 150 micromètres. Me suis-je trompé quelque part ?

Mettre à jour 2:

@arrial quel est ton calcul pour trouver 12 cms ? Moi je trouve 1000 fois moins :(

Mettre à jour 3:

oups c'est bon j'ai trouvé mon erreur. 300 000 000 mètres par seconde / 2 422 000 000 Hertz = 12 cms environ

Mettre à jour 4:

Excusez-moi, mais je ne comprends pas le calcul. Si vous vous situez à 1 mètre de l'émetteur wifi, alors dans ce cas l'onde est beaucoup plus courte en hertz, puisqu'elle est raccourci par l'effet doppler ? Ce serait 1 / 2 422 000 000 Hertz = 400 petamètres (rayon X). Bon je pense que j'ai rien compris. Pourquoi on utilise la vitesse de propagation sans tenir compte de la distance à laquelle on se tient de l'émetteur ?

6 réponses

Évaluation
  • oyubir
    Lv 6
    Il y a 6 mois
    Meilleure réponse

    La longueur d'onde ne dépend pas de la distance.

    La longueur d'onde c'est 300000000/2400000000 = 0,125 mètres.

    Imaginez vous en train de regarder une voiture passer toutes les dix secondes sur une autoroute, où les voitures roulent à 130 km/h.

    La fréquence de passage des voitures est 0,1 Hz (une toute les 10 secondes).

    L'écart entre les voitures (la longueur d'onde) est la distance qu'une voiture parcourt en 10 secondes (quand la suivante passe, l'autre a parcouru 130 km/h * 10 secondes = 130000/3600*10 = 361 mètres.

    La distance où vous êtes ne change rien à cela.

    La longueur d'onde ce n'est que la distance qui sépare deux sinusoïdes de l'onde.

    L'effet Doppler, ne change pas non plus la longueur d'onde. Mais change la vitesse apparente, et donc la fréquence apparente.

    Si vous êtes dans une voiture qui route à 60 km/h, les autres voitures semblent rouler à 70 k/h par rapport à vous. Et mettent donc 18,5 secondes à parcourir les 361 mètres qui séparent deux voitures

    (autre façon de compter : il se passera 18,5 secondes entre deux dépassements successifs par une de ces voitures. Parce que au bout des 10 secondes, vous vous avez avancé entre temps. Donc ça prend plus que 10 secondes pour qu'une deuxième voiture vous dépasse)

    Donc l'effet Doppler ne dépend pas de la distance. Mais de votre vitesse.

    Si vous courrez en vous éloignant du four, la fréquence apparente des ondes sera (enfin, "sauf que" ; voir plus loin), plus basse. Si vous courez vers le four, la fréquence apparente sera plus grande.

    Peu importe votre distance.

    Sauf que

    1) votre vitesse est quoi qu'il arrive négligeable devant celle des ondes. On n'est vraiment pas dans la situation de la voiture à 60 qui se fait dépasser par des voitures à 130.

    2) Même si elle ne l'était pas, les ondes, c'est de la lumière non visible. Et les effets relativistes font que les vitesses ne s'ajoutent et retranchent pas comme cela (quel que soit votre vitesse, la lumière semble toujours avoir la même vitesse. C'est tout l'objet de la relativité. Mais il existe un autre effet Dopler, appelé Dopler relativiste, qui explique des changements de couleur apparente. Mais c'est encore autre chose. Et de toutes façon hors sujet, puisque vous ne vous déplacez sûrement pas à des vitesses relativistes comparativement à votre four)

    Quant à votre question initiale : c'est un peu plus compliqué que cela (et un peu plus compliqué aussi que la réponse d'arrial). Ce n'est ni que une question de fréquence, ni que une question de chaleur.

    Les UV (fréquences plus élevées que la lumière) sont nocifs parce que ionisant. On arrive à des longueurs d'onde comparable aux longueur des molécules. Et donc, si j'ose dire, les ondes sont capable d'en toucher une sans faire bouger l'autre (je parle des deux atomes d'une molécule par exemple).

    Imaginez un bateau sur l'onde (une vague ici) : si l'onde est très très longue, le bâteau ne se rend même pas compte de sa présence. Un bâteau remarque à peine un tsunami par exemple.

    Si l'onde est plus courte, mais toujours 10 ou 100 fois plus longue que le bâteau, tout ira toujours bien pour le bâteau, mais il sera un peu secoué (il va tanguer).

    Si l'onde est encore un peu plus courte (de l'ordre de la longueur du bâteau ou quelques fois plus longueur), la résisante mécanique du bâteau sera mise à l'épreuve. Parce que à un moment donné l'arrière et l'avant du bâteau seront les deux tirés vers le haut, pendant que le milieu sera tiré vers le bas.

    Ce genre d'onde là peut casser le bâteau.

    Si elle est encore plus courtes (10 fois plus courte que le bâteau. Imaginez des vaguelettes) alors, on s'en fiche aussi. Non seulement ça ne va pas casser le bâteau, mais même il ne bougera même pas.

    Donc, vous voyez, c'est plus compliqué que juste regarder la longueur d'onde.

    Il y a un maximum de longueur d'onde quand il s'agit de voir à quel point on le fait tanguer.

    Il y a un autre maximum quand il s'agit de voir à quel point ça tord le bâteau.

    Pour les deux effets, ce n'est ni "plus l'onde est courte pire c'est", ni "plus l'onde est longue pire c'est".

    Il y a un maximum. Et ce maximum n'est de plus pas le même selon l'effet qui vous intéresse.

    C'est un peu pareil (même si pas exactement pareil. Notamment, elles peuvent traverser) pour les ondes électromagnétiques : il y a différent mode d'interaction avec les ondes.

    Diffusion de Mie, diffusion de Rayleigh, etc.

    Certaines ondes sont ionisantes. Parce que, un peu comme les vagues qui tordent le bâteau, elles finissent par casser des molécules.

    D'autres sont chauffantes, parce que, comme les ondes qui font tanguer le bâteau, elles secouent les molécules.

    D'autres sont trop petites pour avoir un effet notable (elles vont chauffer la surface et rebondir)

    D'autres sont trop grandes pour avoir un effet (elles vont traverser en secourant tous vos atomes de façon synchronisée, comme le tsunami, et donc ça ne va pas induire d'élongations, ni de friction)

    Concrètement donc, les UV sont mauvais car ils sont assez courts pour être ionisants. Ils peuvent casser les liens entre les molécules. Mais ils ne traverseront pas. Parce que absorbés directement par la peau. Ils peuvent causer des cancers de la peau, mais rien en dessous (les UV les plus courts, ne traversent même pas l'atmosphère)

    La lumière visible est pas assez courte pour être nocive. Mais pas assez longue pour traverser non plus.

    Les microondes sont beaucoup trop longues pour être ionisantes. Mais en revanche, elles sont à la bonne taille pour chauffer, et assez courte pour traverser. Donc elles peuvent induire une chaleur à l'intérieur du corps qui n'est pas vraiment prévue (faire cuire un peu).

    Je ne rejeterai pas d'un revers de main le problème d'ailleurs. Même s'il faut comprendre que, en effet, comme dit arrial, c'est avant tout un problème de châleur, pas de rupture de molécules. C'est pas des rayons X ou autres (soit dit en passant, je ne m'étale pas sur les rayons X, parce que ça obligerait à ouvrir un autre chapitre sur les longueurs d'ondes qui traversent ou non)

    Le problème souvent soulevé (outre le fait qu'on commence à avoir des études cliniques qui disent qu'il y a quand même un effet, même si ça ne va pas être comme le tabac), c'est que les calculs de puissance limite font souvent l'hypothèse que l'ensemble du corps absorbe les ondes, ce qui n'est pas le cas. En d'autres termes, ça traverse, mais pas assez.

    Donc c'est une petite zone du corps qui se prend l'énergie. Et donc quand on balance 10 watt sur un type de 100 kg, ça ne pas fait 0,1 W/kg, (la limite légale étant 0,08), mais bien plus que ça, car ce ne sont pas les 100 kg qui prennent l'onde, mais seulement une partie.

    Pour les téléphones, en UE, on a réglé le problème : le DAS est calculé en supposant que l'effet de l'onde se concentre sur 10g de tissus. Ce qui semble assez conservatif.

    Pour les fameux portiques déshabilleurs des aéroports américains, l'onde est plus courte que les microondes (ce sont des ondes millimétriques, là où les microondes sont centimétriques, de façon contre intuitive vu leur nom), mais pas visible. Et leur innocuité a été calculée en supposant qu'elle touchaient tout le corps. Or en réalité elles ne traversent presque pas. Tout leur intérêt est justement de ne traverser que les vêtements, et une fine couche de tissu.

    Donc leur énergie est en réalité absorbée par une masse plus faible de tissu, qui prend donc bien plus d'énergie par kg que annoncé.

    Bref, c'est un sujet assez compliqué.

    Qui combine plusieurs effets, avec différents "optimums" (entre guillements, car je parle d'optimum de nocivité)

    * Est-ce que ça casse les molécules ou non ?

    * Est-ce que ça chauffre les molécules ou non ?

    * Est-ce que ça traverse ou non ?

  • Pierre
    Lv 7
    Il y a 6 mois

    Je n'arrive pas du tout à imaginer pourquoi vous pensez que l'effet Doppler changerait la longueur d'onde du Wifi, que vous soyez à 10 cm ou 1 km de l'emetteur elle est bien de 12 cm à peu près. 300/2450 = 0,12 m. L'effet Doppler ne concerne que les émetteurs ou récepteurs en mouvement.

  • arrial
    Lv 7
    Il y a 6 mois

    La longueur d'onde est celle du four micro-ondes, soit 12 cm.

    Mais les détracteurs raisonnent sur l'amplitude du champ électrique, qui fait qu'il ne fait pas bon entrer dans un four micro-ondes en fonctionnement.

    Les professionnels vous le diront : les fuites d'ondes dans les dispositifs de guide d'ondes ou de radar sont ressenties à partir d'une certaine puissance comme de la chaleur, et seulement de la chaleur (induite).

    Mais quelle proportion de la population a-t-elle une culture en physique et biologie suffisante pour émettre des critiques pertinentes ?

  • Il y a 6 mois

    Les molécules, ou leurs liaisons, n'absorbent pas que les fréquences lumineuses mais aussi des fréquences plus faibles. Typiquement, l'eau absorbe les micro-ondes. Mais ce n'est pas la seule.

    Il faut savoir que l'ADN absorbe les micro-ondes. Pire il ne faut pas raisonner qu'en fréquence pure : quand elles sont pulsées (modulation d'amplitude de grande fréquence) l'ADN est QUATRE CENTS FOIS PLUS absorbant, avec donc des lésions possibles.

    Comment fonctionne un mobile ? En envoyant par une porteuse micro-onde des informations en modulant le signal tant à une haute fréquence (l'info elle-même) qu'à une fréquence plus basse (coupure entre deux émissions d'un lot d'info, pour l'écoute de l'accusé de réception, etc.)

    Bref, des micro-ondes pulsées. Peut-être pas à la même fréquence qui augmente le taux d'absorption, mais tout de même de façon préoccupante.

  • Que pensez-vous des réponses? Vous pouvez ouvrir une session pour attribuer un vote à la réponse.
  • Il y a 6 mois

    Je ne répondrai pas mieux qu'Oyubir, mais je pense que le réel souci du Wi-Fi, c'est le nombre d'émetteurs, notamment lorsqu'on habite en ville dans un appartement.

    Pour ma part, ma freebox capte une vingtaine de box(e)s, et la question que je me pose, c'est combien faut-il d'émetteurs Wi-Fi pour égaler la puissance d'un micro-onde ?

    • oyubir
      Lv 6
      Il y a 5 moisSignaler

      La puissance d'émission est réglementée de toutes façons. Donc si un téléphone choisissait d'émettre sur 4 bandes à la fois, ce serait avec 4 fois moins d'énergie par bande.

  • Il y a 5 mois

    Assertion hâtive?

Vous avez encore des questions? Obtenez des réponses en posant vos questions maintenant.