Nemo
Lv 5
Nemo question posée dans Politique et gouvernementGouvernement · Il y a 8 mois

le fait que l'Etat a le monopole de la violence légitime commence à être contesté par certains ?

comme en témoigne les plaintes pour avoir respiré du lacrymo...

Mettre à jour:

@riceau

             Comment veux tu mettre fin à des actes de violence contre des personnes ou des biens  par le seule concertation ? crois tu que que si un policier vient faire observer poliment à des violents en exercice  que leur action est mauvaise cela va les arrêter ?

Quand ils essayent de bruler vif des policiers dans leur voiture ?

Quand ils menacent de s'attaquer physiquement aux femmes et enfants des policiers ?    etc........................

8 réponses

Évaluation
  • Anonyme
    Il y a 8 mois
    Réponse préférée

    Oui Monsieur Macron devrait faire distribuer des Loukoums à la rose aux casseurs gilets jaunes.

  • Il y a 8 mois

    Rappelons quand même que cette "violence légitime" vient en réponse à une autre violence spontanée et totalement anarchique...

  • Anonyme
    Il y a 3 mois

    Le sentiment de rejet pourra amener la personne à se sentir sans le droit d’exister pleinement, etc. Je vois tant de gens qui ont ressenti de l’indifférence, un manque d’amour, d’affection, de tendresse en bas âge. Aujourd’hui, elles sont fréquemment déstabilisées, en vide affectif et tentent de combler ce manque, malheureusement et inconsciemment trop souvent, avec des personnes qui portent ce même vide. Le cercle vicieux se perpétue. Un besoin de se sentir exister à travers l’autre, de se faire reconnaître à tout prix est sous-jacent. Cette personne sera aussi plutôt sensible à la critique, se sentant facilement rejetée. « Qu’est-ce que j’ai fait de pas correct », pourra-t-elle se dire…

    On dit que le mécanisme de défense relié à cette blessure, c’est le masque du fuyant. Donc, cette personne risquera de développer une attitude de fuite pensant inconsciemment diminuer le rejet et la souffrance, mais c’est le masque qui prend place et met de côté le réel pouvoir personnel. Cette personne cherche à ne pas prendre trop de place, peut se faufiler en soi dans un monde imaginaire qui la fait rêvasser hors des faits et gestes de la réalité, peut procrastiner dans ce qui doit avoir besoin d’être mis à l’ordre, elle fait toutes sortes de choses et peut devenir éparpillée, ménage et tâches non complétées, etc.

    Sa capacité à se laisser aimer pourra être déficiente même si c’est son grand désir. Elle donnera beaucoup, pourra se laisser maltraiter, aura de la difficulté à recevoir. En fait, elle se rejette inconsciemment et se demande pourquoi certaines difficultés perdurent. La charge émotionnelle qui maintient cet état roule en sourdine.

    Elle peut avoir peur de se lier par crainte de souffrir et d’être rejetée et quand elle ose, elle risque de s’attirer quelqu’un qui va confirmer sa blessure, sa notion de non-mérite et elle se fera faire mal, rejeter. Sans le réaliser, elle dénigre sa propre valeur par le fait même. Elle a de la difficulté à dire non, donc limitée dans sa capacité à se dire oui à elle-même. Ce stress ne favorise aucunement un état de joie et de bien-être émotionnel et physique. Ne se sentant pas le droit (inconsciemment toujours) d’exister pleinement, de mériter une relation affective saine, respectueuse, tendre et heureuse, une abondance fluide, du temps pour soi, etc. elle aura de la difficulté à se faire plaisir à chaque instant et pourra se retrouver à tourner en rond, à ne pas pouvoir s’ouvrir aux opportunités de changement heureux que la vie lui présente et pendant ce temps-là la vie passe. Elle remet le bonheur à plus tard à son insu.

  • Anonyme
    Il y a 8 mois

    Lordon le sociologue irait-il dans ce sens?

    Un copain juriste en entreprise m'en a parlé 

    Je le verrai peut -être dimanche

  • Que pensez-vous des réponses? Vous pouvez ouvrir une session pour attribuer un vote à la réponse.
  • Anonyme
    Il y a 8 mois

    J’aimerais bien pouvoir dire que le pire n’est jamais sûr, mais force est de constater que la folie de nos dirigeants occidentaux et affiliés orientaux, moyen orientaux, africains et latino américains laisse plutôt penser le contraire. L’affolement des élites prédatrices et génocidaires est tel que nous devons nous attendre à un raidissement « sécuritaire » délirant allant jusqu’à oublier les règles de prudence et de maintien de l’ordre.

    La répression aveugle, comme en France, est de plus en plus le choix immédiat de responsables qui ont maintenant clairement dans la tête que les tirs à balles réelles peuvent être une option, tout en provoquant la population désarmée (nassages, bombardement intensif de lacrymos et grenades en tous genres, envoi de casseurs dans les manifestations pacifiques, provocateurs divers…).

    Au jour d’aujourd’hui, qui peut dire ce qui peut arriver au vu de la douzaine de pays en feu sous la pression démentielle d’un néolibéralisme devenu criminel et qui ne le cache même plus ?

    https://strategika51.org/2019/12/04/lannee-2020-se...

  • Anonyme
    Il y a 8 mois

    Le monopole de la violence légitime n'excuse pas les abus de pouvoir.

  • riceau
    Lv 7
    Il y a 8 mois

    la violence n'est pas une solution.

    dans un état démocratique , la concertation doit prévaloir

  • Anonyme
    Il y a 8 mois

    Surtout quand le pouvoir fait gazer des femmes et des enfants comme dans la manif pour tous par exemple. Ce que certains semblent volontairement vouloir oublier. 

Vous avez encore des questions? Obtenez des réponses en posant vos questions maintenant.