Neil question posée dans Arts et sciences humainesPhilosophie · Il y a 1 mois

Certains physiciens disent que le temps est une illusion ; mal compris : est-ce pour cela que nous ne comprenons pas les ET ou les fantômes?

5 réponses

Évaluation
  • Il y a 1 mois

    Quel physicien démontrera que le temps a commencé en même instant que le big bang ? pourquoi pas avant pour mesurer la durée d'incubation de l’œuf cosmique ? 

    Peut-être que l'univers des Et , des fantômes et autres créations de la subjectivité est complètement différent du notre ?  

    • Ouvrez une session pour répondre aux questions
  • Il y a 1 mois

    Nous ne comprenons pas le temps parce que nous restons physiciens .

    Mais si nous parlons durée vécue (subjective donc )nous comprenons vite que le temps actualise notre passé J'avais développé cette réponse hier; votre question a dû sauter ??

    Les brico-philosophes ont dû encore agir .

    • Ouvrez une session pour répondre aux questions
  • Il y a 1 mois

    c'est ce qui fait que mon patron à l'illusion que je suis en retard quand moi j'ai l'illusion d'être en avance, lui il a l'heure mais moi j'ai le temps!

  • Il y a 1 mois

    Certains physiciens, comme Prigogine, disent au contraire

    que le temps est ce qu'il y a de plus réel, avec son asymétrie,

    indiquant une direction privilégiée à l'espace-temps.

    Et des citations, pour étayer....

    "Une énigme marque la physique depuis Galilée. Pourquoi cette science a-t-elle, dès l'origine, fait le choix de l'éternité contre le temps du devenir? Pourquoi, de la dynamique classique aux sciences de notre siècle _ la relativité et la mécanique quantique _, a-t-elle répété la plus paradoxale des négations, celle de la flèche du temps, qui traduit pourtant la solidarité de notre expérience avec le monde où nous vivons?"

    "Partant de l'étude du second principe de la thermodynamique, qui exprime les relations de transformations de la chaleur en travail, il a d'abord démontré que " l'entropie, c'est-à-dire le déclin énergétique d'une réalité ", ne relevait d'aucune fatalité et que toutes les prévisions envisagées au milieu du XIXe siècle par le physicien allemand Rudolf Clausius sur une éventuelle " mort thermique de l'univers " étaient hautement improbables. Il a ensuite avancé l'hypothèse que si l'on s'éloigne de la situation si commune pour nous tous d'équilibre et de symétrie, des " bifurcations " peuvent intervenir qui conduisent à des mutations brusques et innovantes dans un processus. Il a ainsi découvert qu'il existait dans l'univers de véritables " structures dissipatives " où une dynamique de la construction pouvait prendre la relève d'un processus de déclin. C'est précisément pour cette hypothèse vivifiante qu'il reçut, en 1977, le prix Nobel de chimie."

    Le plus inquiétant étant que la très grande majorité des philosophes et des scientistes n'ont cure de ce changement important de paradigme.

    Qui apporte pourtant des changements considérables dans nos croyances physiques. En particulier concernant "la mort thermique de l'univers".

    • Ouvrez une session pour répondre aux questions
  • Que pensez-vous des réponses? Vous pouvez ouvrir une session pour attribuer un vote à la réponse.
  • Anonyme
    Il y a 1 mois

    mon dieu quelle salade.

    • Ouvrez une session pour répondre aux questions
Vous avez encore des questions? Obtenez des réponses en posant vos questions maintenant.