Mike question posée dans Sciences et mathématiquesAstronomie et espace · Il y a 2 mois

Les trous noirs sont de véritables gloutons, ne risquent-ils pas de faire disparaitre toute la matière dans l'univers ?

7 réponses

Évaluation
  • oyubir
    Lv 6
    Il y a 2 mois

    Mauvaise conception de ce qu'est un trou noir. Classique, mais fausse quand même.

    Un trou noir n'est pas plus glouton que n'importe qui d'autre. Sa gravité est la même qu'un autre (MG/d²).

    C'est sa densité qui est plus forte.

    Si le soleil était un trou noir, c'est à dire s'il était réduit à une boule de 3kms de rayon, alors son influence gravitationnelle serait exactement la même qu'elle est aujourd'hui. La Terre continuerait à lui tourner autour, à 150 millions de kms de distance, au rythme de 1 tour par an.

    Il ne se transformerait pas soudainement en espèce d'aspirateur qui engloutit tout autour de lui.

    La seule différence serait pour ceux qui auraient le malheur de s'approcher à moins de 3 kms de son centre. Car alors, peu importe l'inertie qu'ils avaient déjà, ils ne pourront plus en sortir, puisque la vitesse de libération est supérieure à celle de la lumière.

    Mais bon, à la limite, avec le Soleil actuel, celui qui s'approche à moins de 3kms de son centre, donc qui va bien à l'intérieur, est mal barré aussi.

    Pour qu'un astre ne soit pas détruit en s'approchant à moins de 3kms du centre du Soleil, il faudrait qu'il ait d'avance une inertie telle, que le scénario ne serait préférable pour personne.

    Notez également que la densité d'un trou noir diminue avec sa masse.

    Le rayon de schwartzschild est 2GM/c². La gravité à cette distance est donc

    MG/(2GM/c²)² = MGc⁴ / 4 G²M² = c⁴ / 4GM.

    Plus la masse d'un trou noir est grande, moins il fait peur, et moins il est dense.

    En d'autres termes, si toute la matière dans l'univers était dans un trou noir, ce trou noir serait plus grand que notre univers actuel.

    Autre calcul si vous préférez : le rayon de Schwazschild correspondant à l'ensemble de la masse potentielle de l'univers observable est bien plus grand que le rayon de l'univers observable.

    Ce que je pourrais résumer par la formule : mais l'univers EST un trou noir.

    Bref. Non, les trous noirs ne sont pas des aspirateurs qui concentrent toute la matière en un point.

    • En fait, dans cette hypothèse, on n'est que de la poussière (ce qu'on savait déjà) dans l'aspirateur.
      Le problème  est alors de savoir si quelqu'un vide le sac de temps en temps...
      :o)

    • Commenter avatarOuvrez une session pour répondre aux questions
  • Il y a 2 mois

    mais que fait on ?

    interdisons les trous noirs !

  • Il y a 2 mois

    bah y a un équilibre qui fait durer le système entier, pour preuve ils existent depuis des milliard d’années et la matière est encore là

    • Lv 7
      Il y a 2 moisSignaler

      probablement qu'ils finissent pas exploser d'une manière ou d'une autre

    • Commenter avatarOuvrez une session pour répondre aux questions
  • Il y a 2 mois

    Et sans Gaviscon en plus ! Ils font comment ?

    • Commenter avatarOuvrez une session pour répondre aux questions
  • Que pensez-vous des réponses? Vous pouvez ouvrir une session pour attribuer un vote à la réponse.
  • Il y a 2 mois

    Aucune chance !

    Un trou noir est une chimère astrophysique qui n'a aucune réalité mathématique donc physique.

    Démo :

    Soit r le rayon géométrique depuis le centre de l'astre. r≥0

    Soit a une constante strictement positive.

    Soit R la nouvelle variable telle que

    R³ = r³ + a³

    donc que

    R > 0 (strictement…)

    On obtient alors les solutions bien connues de Schwarzschild qui s'étalent depuis plus d'un siècle dans tous les journaux scientifiques…

    … avec comme désignation de R, LE RAYON GÉOMÉTRIQUE DE L'OBJET !

    Un rayon donc qui NE PEUT ÊTRE NUL comme vu dès sa définition.

    Mais regardons mieux, que se passe-t-il si R < a ?

    r < 0 !

    Si le « rayon » R passe sous le paramètre a mais reste positif, comme le « rayon » qu'il serait, LE VRAI RAYON r LUI DEVIENT NÉGATIF.

    On est EN-DEÇA DU CENTRE GÉOMÉTRIQUE DE L'HYPOTHÈSE !

    Hé oui, ça fait un siècle que 100 % des astrophysiciens se plantent la faute à la mauvaise transcription et interprétation de l'astronome anglais qui a repris les résultats de Schwarzschild dans son article EN ALLEMAND, au lieu de TRADUIRE EXACTEMENT SES ARTICLES DE L'ALLEMAND À L'ANGLAIS.

    Ceci n'a été fait qu'à la fin des années 1990 puis après 2010 pour le second.

    CQFD.

    L'astrophysique est une science jeune. Les observations sont encore sujettes à maintes erreurs. La physique des astres en particulier des corps compacts est très mal connu. C'est un des domaines où relativité générale et mécanique quantique se rejoigne, or on n'a aucun modèle fiable pour décrire ces états.

    En particulier le modèle du trou noir − même s'il n'aurait pas de cheveu − tient de la pub contre la calvitie : avant − après ; on a une photo avant, celle d'une étoile normale STATIONNAIRE, puis la photo après, celle de l'hypothétique trou noir STATIONNAIRE. Entre les deux ? Une CATASTROPHE ÉMINEMMENT VIOLENTE ET RAPIDE, un truc absolument pas stationnaire dont on ne connait pas le début d'un commencement d'ébauche de description lapidaire.

    En particulier une étoile à neutrons AVANT D'ATTEINDRE LE SEUIL DE CRITICITÉ de Schwarzschild voit SA PRESSION DEVENIR INFINIE du cœur vers la surface.

    Ça serait bien de se pencher sur cet infini d'une étoile connue, d'un modèle éprouvé pour essayer peut-être de trouver l'ébauche évoquée plus haut.

    Pour en revenir à ta question. Vu que le modèle d'univers qui décrit mieux ce modèle de corps qui par hypothèse NE CONTIENT PAS UNE ONCE DE MATIÈRE (la partie masse de l'équation à résoudre est nulle, si, si…) est le modèle Janus et le col de tore reliant les deux feuillets jumeaux, il est possible en effet qu'une bonne part de la matière de notre univers subisse une symétrie T inversant sa masse et son énergie pour l'envoyer dans le feuillet jumeau. Sans doute pas tout, mais pourquoi pas une part significative ?

    (il faut du temps pour faire perdre à la matière son énergie et lui permettre de se regrouper suffisamment pour atteindre la densité critique. Or pour perdre de l'énergie, il faut souvent la transférer ) une autre parcelle de matière. Donc il en restera toujours ici qui auront été dispersées dans les grandes bulles de vides cosmiques.

    +

    Tiens, il y a deux neuneus qui ont totalement oublié leurs fondamentaux de math de collège, les inégalités, la définition d'un centre géométrique et d'un rayon, etc.…

    Source(s) : Scan de l'article d'origine : https://fr.scribd.com/doc/25310028/Ij-i-3-o-j-c Traduction anglaise : https://arxiv.org/pdf/physics/9905030.pdf → voir en particulier à partir de (13) p. 5.
    • Commenter avatarOuvrez une session pour répondre aux questions
  • Il y a 2 mois

    Techniquement impossible, en respectant le principe de conservation.

    "Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme".

    C'est bien pour ça que les scientifiques planchent sur l'existence

    de "trous de ver" en "sortie" des trous noirs...

    • Commenter avatarOuvrez une session pour répondre aux questions
  • Il y a 2 mois

    Quand on est esprit, la matière ne compte pas !

    J'ai dit !

    • Kishi-Duo-Dumas
      Lv 5
      Il y a 2 moisSignaler

      Tu repasseras, pour l'esprit...

    • Commenter avatarOuvrez une session pour répondre aux questions
Vous avez encore des questions? Obtenez des réponses en posant vos questions maintenant.