Mister Veritas question posée dans Sciences socialesPsychologie · Il y a 2 mois

La méchanceté prendrait-elle source dans le fait que nous n'évacuions pas nos émotions négatives, ce qui donc la cultiverait ?

Mettre à jour:

Injustice, sentiment d'infériorité, jalousie, compétitivité pour être le meilleur. 

La société ne cultive-t-elle pas malgré elle ces pulsions malsaines ? 

12 réponses

Évaluation
  • Il y a 2 mois
    Réponse préférée

    La méchanceté consiste à faire le mal volontairement. Si c’est vis à vis d’un humain cela peut correspondre à du plaisir sadique,  un souhait d’obtenir du pouvoir par ce moyen, une réaction de défense, ou une indifférence vis à vis des autres qui sont considérés comme des objets.

    La question semble poser l’hypothèse d’un système d’action/réaction. Nous nous remplirions d’émotions négatives, et en réaction nous pourrions faire -ou pas- du mal aux autres.

    Une des difficulté du raisonnement c’est que les émotions négatives sont variables, et qu’il n’est pas toujours si simple de dire si c’est réellement une émotion « négative ». Je lis en consultant un site Internet que la tristesse, l’envie de pleurer, ou la pudeur, sont des émotions négatives, mais cela me paraît contestable.  Je pense que c’est lié à la culture également. Suivant les lieux et les époques il peut être bien vu ou non de pleurer ou d’être pudique. Je vois qu’une autre réponse classe une émotion négative comme la colère en émotion positive. Il s’agit là aussi de culture, certains trouvent normal l’agressivité physique, et d’autres non.

    Le problème vient à mon avis de classer nos émotions en positif ou négatif.  Les émotions sont des mélanges subtils qui ne laissent pas si facilement décomposer en parties simples et homogènes.

    Toujours sur le même site (voir lien) je vois l’euphorie et l’empathie classés en « positifs », mais cela peut conduire à des actions violentes et sadiques de groupes qui font le mal solidairement et avec un plaisir commun. On voit sur le site que nos troll sont euphoriques et empathiques entre eux par exemple, et qu’ils cherchent à faire le mal aux autres.

    D’où vient donc la méchanceté alors ? C’est avant tout du fait que c’est une réaction culturellement et socialement acceptée.  Si les gens peuvent éprouver du plaisir, du pouvoir, ou des avantages en étant « méchant », ils le seront. Si le regard des autres ou la loi les désapprouvent ils le seront moins. Même s’il s’agit d’une réaction de défense l’environnement social et culturel d’une personne fait que sa réponse sera jugée méchante ou non.

    Au total c’est donc plutôt non pour la première question, et plutôt oui pour la seconde, mais rien n’est si simple...

  • Il y a 2 mois

     il n'y a pas d'émotions " négatives" ou " positives", il y a des émotions destructrices. Ou pas.

     La colère est une émotion saine, au contraire, mais  c'est dans la FORME qu'on peut contrôler les choses, ou non.

     C'est entre autre la raison pour laquelle les gens qui sont instruits, qui possèdent du vocabulaire, se contrôlent mieux, parce qu'ils sont capables d'argumenter au lieu de passer à l'insulte, ou aux coups physiques pour certains autres.

    Ce que tu décris, existe depuis toujours, c'est plus ou moins inscrit en nous, et les puissants savent très bien s'en servir pour nous séparer, nous diviser et créer tout ce que tu dis. Oui les acteurs de la société savent très bien exploiter tout ça.

     La seule chose qui aide à contrôler tout ça, c'est la connaissance, au sens large, et la connaissance de soi.

     C'est ce dont aurait besoin les jeunes inéduqués des ZM entre autre, pourtant ils ont cette chance de pouvoir s'éduquer dans notre pays, et loupent le coche, pourquoi ?

  • Anonyme
    Il y a 2 mois

    "La méchanceté prendrait-elle source dans le fait que nous n'évacuions pas nos émotions négatives, ce qui donc la cultiverait?" Eh Oui! C'est ça! Tu as tout compris en comprenant que la méchanceté (TOUT COMME CE QU'ON APPELLE, "LE MAL"!!!!)n'est pas une entité d'ordre "satanique", ou "diabolique"; mais d'ordre psychologique.... et psychiatrique!

    En clair:

    Les "méchants" sont des malades mentaux qu'une thérapie psychiatrique appropriée pourrait guérir!

  • Il y a 2 mois

    c'est un problème d'éducation, d'environnement relationnel et/ou professionnel. Il y a une semaine dans le métro, surgit un agent femme de la Ratp qui arpentait les couloirs des trains pour contrôler le port des masques des voyageurs (tous les voyageurs avaient tous un masque of course) il fallait qu'elle fasse du zèle, elle a agressé et intimé certains voyageurs de couvrir complètement leur nez... j'ai été choquée ! c'est grâce à des gens de son espèce que Vichy a existé ! 

  • Que pensez-vous des réponses? Vous pouvez ouvrir une session pour attribuer un vote à la réponse.
  • Anonyme
    Il y a 2 mois

    La mechanceté est une intuition de bas niveau, et la gentillesse est un peu comme un don de l'âme

    Ce qui cherche à confirmer la mechanceté c'est la fourberie (ce que certains appellent le satan), 

    Toutefois il arrive que dans le chaotique il y a une part d'harmonie, et que dans l'harmonie il y aie une part de chaos, ce qui fait que la question revient à comment tu es méchant.

  • Il y a 2 mois

    Peut-être... 

    Mais il est possible également que les gens qui agissent avec méchanceté le fassent parce que c'est dans leur nature. Je sais, ça paraît débile mais pourquoi y'aurait-il nécessairement une explication? Et puis cette explication ne conviendrait peut-être pas à tout le monde. 

    On peut, peut-être imputer ça aux expériences passées ou, dans d'autres cas, à l'éducation (mauvaise éducation?). 

    Regarde, dans l'éducation, il y a du bon et du mauvais, mais il faut savoir, en tant que jeune adulte gardait le bon et se distancer du mauvais. 

    Je dirais que c'est également une question liée à l'empathie (au sens neutre du terme), càd au fait de se mettre à la place de l'autre : ce n'est pas si compliqué, pourtant, il suffit de se demander ce que je voudrais, ou à l'inverse, ce que je ne voudrais pas. 

    Evidemment que nous contenons tou-te-s du négatif ou de la violence mais tout le monde ne va pas nécessairement exprimer ce négatif et cette violence vis-à-vis des autres. Et là est la grande différence. Je pense qu'il est nécessaire pour chacun-e d'apprendre à voir le positif et le négatif, mais pas seulement le négatif. Et d'apprendre à se "déconnecter" de la violence : pourquoi ne pas faire du yoga, sophrologie, méditation, sport, arts, jouer à un jeu vidéo... Il faut trouver un défouloir qui ne soit pas un être vivant... 

    Alors, attention, au fait, il n'y a pas de pulsion saine ou malsaine, il y a juste des pulsions... Et tout le monde a des pulsions... Il y a ce qu'on voudrait, et il y a ce qu'on fait... Par exemple, tu citais le sentiment d'infériorité, on peut avoir une personne qui se sent mal à l'aise en public, néanmoins, ce n'est pas parce qu'il y a ce malaise que la personne va nécessairement agresser tout le monde ou à l'inverse ne plus sortir de chez elle... Il y a des fonctionnements malsains, mais pas de pulsions malsaines. Si tu veux un exemple + concret, une personne peut souhaiter vivre une relation ou un rapport "violent", de ceci, elle peut vivre une relation BDSM, ou, à l'inverse s'engager dans une rixe (donner des coups et en prendre, au sens physique du terme). Ce sont 2 comportements différents, pourtant qui ont comme base ou envie la même pulsion... Cette personne qui a un complexe d'infériorité peut ou bien rabaisser tout le monde ou bien se déprécier en public, ou bien aucun des deux et faire autre chose... 

    Je crois vraiment qu'il faut se questionner sur nos sentiments : 

    - qu'est-ce que je ressens?

    - et pourquoi je le ressens?

    - et qu'est-ce que j'en fais? Comment je réagis? 

    Admettons qu'il y ait une compétition, admettons que ce soit un sport : 

    tu peux avoir un athlète qui va s'entraîner tous les jours, en vue de remporter la compétition, justement, et qui, le jour-J ne gagnera pas, il peut casser sa raquette, insulter son compétiteur ou ne rien dire / ne rien faire / partir comme un prince. Il a un sentiment de rage, admettons, mais il pourrait utiliser cette rage pour s'entraîner encore plus, et il faut déjà avoir l'idée ou le déclic d'utiliser cette énergie pour faire qqc, plutôt que pour détruire qqc... 

    Tu mentionnais la jalousie : 

    au final, une personne jalouse est une personne qui est dans l'insécurité, qui en est malade, qui voudrait posséder les gens comme on possède des objets... C'est son problème mais ça se repose sur les autres parce qu'il y a un comportement particulier. Au final, cette personne jalouse, elle pourrait parler ou communiquer avec son / sa partenaire pour rassurer ses peurs. Elle pourrait justement utiliser cette insécurité pour être d'autant plus attentionnée envers son / sa partenaire. Elle pourrait, mais elle ne le fait pas... Parce que c'est un fonctionnement autre. Mais ça, c'est un autre débat. 

  • Il y a 2 mois

    La société secrète toutes les herbes folles comme d'ailleurs les herbes sages le tout étant de savoir les utiliser ou ...de s'en protéger .

    Question de culture ?

    Mais surtout question de psychologie car est mal tout ce qui ne procure pas le bien .

  • Kait.
    Lv 7
    Il y a 2 mois

    Plus t'es négatif, plus t'es haineux, et plus tu deviens méchant.

  • Il y a 2 mois

    plutôt de la jalousie et des complexes d'infériorité de certains ... puis y a un effet de boule de neige pour se propager vite

  • Anonyme
    Il y a 2 mois

    je pense surtout que la frustration en n'ai la genèse,les riches non jamais était autant riche et les pauvres aussi pauvres, les riches non jamais autant étalé leurs richesses, les femmes les plus frigide sont celle qui s'habillent aussi le plus sexy, c'est a l'age ou on devrait travailler le plus qu'on donne pas de travail, c'est a l'age ou on n'a plus le temps pour passer du temps en famille (retraite) qu'on n'ai abandonner, donc dans un monde ou les valeurs sont totalement inversé

Vous avez encore des questions? Obtenez des réponses en posant vos questions maintenant.